Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
MobilisationsDe Bagdad à Téhéran, des manifestations en soutien aux Palestiniens

Guerre Hamas - Israël : De Bagdad à Téhéran, des manifestations en soutien aux Palestiniens au Moyen-Orient

Mobilisations
Environ 1.200 Israéliens ont été tués dans l’attaque du Hamas et plus de 1.500 Palestiniens lors de la riposte israélienne
Des musulmans protestent contre les opérations militaires israéliennes à Gaza et en soutien au peuple palestinien, devant la mosquée Baitul Mukarram à Dhaka, au Bangladesh, vendredi 13 octobre 2023. (PHOTO D'ILLUSTRATION)
Des musulmans protestent contre les opérations militaires israéliennes à Gaza et en soutien au peuple palestinien, devant la mosquée Baitul Mukarram à Dhaka, au Bangladesh, vendredi 13 octobre 2023. (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Mahmud Hossain Opu/AP/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

De l’Irak jusqu’à la Jordanie et en passant par le Bahreïn… Ce vendredi, des milliers de personnes manifestent au Moyen-Orient en soutien aux Palestiniens. Ces mobilisations surviennent au septième jour d’une guerre sanglante entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, soutenu par l’Iran. « Non à l’occupation ! Non à l’Amérique ! », scandaient les manifestants sur la place Tahrir, cœur de la capitale irakienne.

Rassemblés à l’appel du leader chiite Moqtada Sadr « en soutien à Gaza » et contre Israël, ils brandissaient des drapeaux palestiniens et irakiens. Un immense drapeau israélien a été disposé sur le sol pour que les protestataires puissent le piétiner, selon un photographe de l’AFP. Après l’attaque sanglante du Hamas le 7 octobre, Israël a décrété un « siège complet » de la bande de Gaza, déjà sous blocus terrestre, aérien et maritime depuis plus de quinze ans.

Le « résultat naturel de l’oppression systématique »

Environ 1.200 Israéliens ont été tués dans l’attaque du Hamas et plus de 1.500 Palestiniens lors de la riposte israélienne, selon les autorités locales. La manifestation de Bagdad « a pour but de dénoncer ce qui se passe en Palestine occupée, l’effusion de sang et la violation des droits », a déclaré Abou Kayan, organisateur et membre du mouvement sadriste.

Moqtada Sadr est dans l’opposition politique, mais le mouvement de soutien à Gaza bénéficie de l’appui explicite du gouvernement irakien. Ce dernier, soutenu par une majorité parlementaire de partis proches de l’Iran, un allié du Hamas, a estimé que l’attaque lancée samedi contre Israël par le mouvement islamiste palestinien était le « résultat naturel de l’oppression systématique » à laquelle sont soumis les Palestiniens « de la part de l’autorité d’occupation sioniste ».

Drapeaux brûlés

A Téhéran, les manifestants brandissaient des drapeaux iraniens, palestiniens et du Hezbollah libanais. Ils tenaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « A bas l’Amérique » et « A bas Israël », a constaté un journaliste de l’AFP. Des rassemblements similaires ont eu lieu dans d’autres villes d’Iran, où des drapeaux américains et israéliens ont été brûlés.

L’Iran, pays dont la population est majoritairement musulmane chiite mais non arabe, soutient financièrement et militairement le Hamas palestinien. L’Etat israélien est leur ennemi commun juré, et le mouvement palestinien souhaite sa destruction. En Jordanie, pays voisin d’Israël auquel elle est liée par un traité de paix, plus de 10.000 personnes se sont rassemblées dans le centre d’Amman, près de la Grande Mosquée Hussein, à l’appel des Frères musulmans jordaniens et de plusieurs groupes de gauche et de jeunes.

Arrestation dans une mosquée de Riyad

Plus remarquable : dans une mosquée de Riyad, la capitale saoudienne où les manifestations sont interdites, un journaliste de l’AFP a vu un policier menotter un fidèle qui a interrompu la prière du vendredi en lançant à l’imam : « Parle de la Palestine ! Gaza est sous les bombes ! ».

L’imam lui a répondu que le lieu sacré « n’était pas fait pour la politique », avant que l’homme ne soit interpellé. A Bahreïn, petit royaume du Golfe, des centaines de fidèles ont scandé « Mort à Israël ! » et « Mort à l’Amérique ! » avant la prière du vendredi dans la mosquée Diraz. Une manifestation a ensuite rassemblé plusieurs centaines de personnes.

Sujets liés