20 Minutes : Actualités et infos en direct
enquêteUn « malentendu » meurtrier pour deux Américains au Mexique

Mexique : Deux Américains tués sur les quatre enlevés, à cause d’un « malentendu » des ravisseurs

enquêteLa piste du « malentendu » est considérée comme la « plus probable » par les autorités mexicaines. Washington demande « que justice soit faite »
Une ambulance transportant deux Américains retrouvés vivants après leur enlèvement au Mexique la semaine dernière, à Matamoros, le mardi 7 mars 2023.
Une ambulance transportant deux Américains retrouvés vivants après leur enlèvement au Mexique la semaine dernière, à Matamoros, le mardi 7 mars 2023.  - AP/SIPA / /SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Rencontre meurtrière au Mexique. Parmi les quatre Américains enlevés, vendredi, par des hommes armés, dans le nord-est du pays, à la frontière avec les Etats-Unis, deux ont été retrouvés morts, mardi. Selon les autorités mexicaines, « il s’agit d’un malentendu et non d’une agression délibérée ».

Bien que d’autres hypothèses sur les causes de l’enlèvement ne soient pas exclues, la piste du malentendu est considérée comme « la plus solide » et « certainement la plus juste », a déclaré Irving Barrios, procureur de l’Etat de Tamaulipas, lors d’une conférence de presse. Les autorités mexicaines avaient également affirmé lundi qu’une femme mexicaine avait perdu la vie dans l’échange de coups de feu.

Les ravisseurs non identifiés

Sans préciser les circonstances de la découverte des otages, qui a eu lieu dans une zone de la périphérie de Matamoros, selon un correspondant de l’AFP, Americo Villarreal, le gouverneur de l’Etat de Tamaulipas, a précisé que parmi les deux personnes retrouvées vivantes, un homme était blessé par balles à une jambe et une femme était indemne. Les médias américains les ont identifiés comme étant Latavia Washington McGee et Eric James Williams.

Les quatre Américains avaient traversé la frontière au volant d’un minivan blanc immatriculé en Caroline du Nord avant d’être visés par des tirs puis enlevés par des hommes armés dans la ville frontière de Matamoros, avait indiqué lundi le FBI. Aucune indication sur une éventuelle identification des ravisseurs n’a été donnée. Le FBI avait offert une récompense de 50.000 dollars pour toute aide contribuant à la libération des otages et à l’arrestation des suspects.

Des attaques « inacceptables », selon Washington

Les autorités américaines ont indiqué qu’elles allaient « travailler étroitement avec le gouvernement mexicain pour s’assurer que justice soit faite », selon John Kirby, porte-parole de la Maison-Blanche pour les questions de sécurité nationale. Les attaques contre des citoyens américains sont « inacceptables », a-t-il assuré, en transmettant ses « plus sincères condoléances » aux proches des deux personnes tuées.

Selon le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, les victimes se seraient rendues au Mexique pour acheter des médicaments. « Nous sommes désolés que cela se produise dans notre pays et nous adressons nos condoléances aux familles des victimes, à leurs amis, au peuple des Etats-Unis, au gouvernement des Etats-Unis », a-t-il déclaré après la confirmation des décès.

« Nous travaillons tous les jours pour garantir la paix, la tranquillité, et nous allons continuer à travailler encore » comme cela, a ajouté le chef de l’Etat mexicain. Lundi, il avait reçu l’ambassadeur des Etats-Unis au Mexique, Ken Salazar, pour s’entretenir sur l’affaire en cours. Ce dernier a rappelé, dans un communiqué, que ces enlèvements « sont un rappel tragique » de la nécessité que les deux pays « renforcent leur lutte contre les organisations criminelles » à la frontière.

Une région en proie aux violences

Matamoros est en proie à des violences liées au trafic de drogue et au crime organisé, et les routes de la région de Tamaulipas sont considérées comme les plus dangereuses du Mexique en raison des risques d’enlèvement et d’extorsion par des groupes criminels. Le département d’Etat américain déconseille ainsi les voyages dans la région. « Les groupes criminels ciblent les autobus publics et privés, ainsi que les voitures privées qui traversent le Tamaulipas, prenant souvent des passagers en otages et exigeant des rançons », selon un avis aux voyageurs.


Le porte-parole du département d’Etat américain, Ned Price, a rappelé lundi aux citoyens américains que l’avis pour le Tamaulipas restait en vigueur. « N’y allez pas. Nous encourageons les Américains à suivre ce conseil », a-t-il dit. Des milliers de personnes ont disparu et quelque 350.000 homicides ont eu lieu au Mexique depuis le déploiement en 2006 d’une vaste offensive antidrogue soutenue par les Etats-Unis.

Sujets liés