20 Minutes : Actualités et infos en direct
confessionsSans Trump, « je ne suis pas sûr que je me présenterais » en 2024, dit Biden

Présidentielle américaine 2024 : Sans Donald Trump, « je ne suis pas sûr que je me présenterais », dit Joe Biden

confessionsA 81 ans, le président américain assure qu’il ne peut pas « laisser gagner » Donald Trump
Joe Biden et Donald Trump ont de grandes chances de s'affronter à nouveau le 5 novembre 2024 (photomontage)
Joe Biden et Donald Trump ont de grandes chances de s'affronter à nouveau le 5 novembre 2024 (photomontage) - Sipa / Sipa
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

«Si Trump n’était pas candidat, je ne suis pas sûr que je me présenterais », a dit mardi le président américain Joe Biden, qui briguera un second mandat lors de la présidentielle de 2024.

« Mais nous ne pouvons pas le laisser gagner », a ajouté le démocrate de 81 ans lors d’une rencontre avec des donateurs démocrates près de Boston (nord-est), à propos de l’ancien président républicain.

Joe Biden, dont la campagne a du mal à décoller, affirme depuis longtemps qu’il est le mieux placé pour battre à nouveau Donald Trump.

Le démocrate, dont l’âge inquiète les électeurs et qui peine à vendre son bilan économique, répète régulièrement que la démocratie elle-même est en jeu dans cette nouvelle confrontation annoncée avec l’ancien homme d’affaires.

Biden à seulement 40 % de satisfaits

Malgré son impopularité, et sauf grande surprise ou grave problème de santé l’obligeant à se retirer, le président américain est presque assuré de remporter la nomination de son parti pour l’élection de novembre 2024.

Donald Trump, de son côté, est pour l’heure le grand favori de la primaire républicaine, même si quatre affaires judiciaires pourraient venir assombrir son avenir.

Des sondages récents donnent une nette avance à Donald Trump dans une demi-douzaine d’Etats remportés d’un cheveu par Joe Biden en 2020 (Nevada, Arizona, Géorgie, notamment). Avec une cote de popularité qui menace de passer sous les 40 %, Joe Biden a besoin de redresser la barre s’il veut avoir une chance : aucun sortant n’a été réélu dans l’histoire récente avec une cote de popularité inférieure à 48 %.

Sujets liés