Egypte: Un policier meurt en tentant de désamorcer une bombe devant une église copte

EXPLOSION La bombe était placée à l’intérieur d’un sac devant une église copte, dont la communauté est régulièrement prise pour cible par les extrémistes…

20 Minutes avec agences

— 

L'explosion a eu lieu près d'une église copte dans un quartier résidentiel du Caire.
L'explosion a eu lieu près d'une église copte dans un quartier résidentiel du Caire. — Sayed Hasan/AP/SIPA

Un policier spécialisé dans les explosifs a été tué ce samedi soir au Caire (Egypte). L’homme tentait de désamorcer une bombe repérée par les forces de sécurité devant l’église al-Azraa Wa Abou Sifin (la Vierge et Mercure de Césarée), une église copte située à Nasr City en périphérie de la capitale égyptienne. Deux autres policiers ont également été blessés dans l’explosion.

Cet incident a eu lieu deux jours avant le Noël chrétien copte orthodoxe, célébré ce lundi 7 janvier. Cette communauté, estimée à 10 % de la population égyptienne (environ 100 millions d’habitants) est régulièrement prise pour cible par les extrémistes.

Un commandant spécialisé dans le déminage

L’engin, qui a détoné dans la soirée, était placé à l’intérieur d’un sac que les policiers ont inspecté, selon les sources de sécurité. L’agent tué, Moustafa Abid, était un commandant spécialisé dans le déminage.

Cet incident est aussi intervenu la veille de l’inauguration en grande pompe, par le président Abdel Fattah al-Sissi, de la cathédrale de la Nativité, présentée comme la plus grande du Proche-Orient. Elle est construite dans la future capitale administrative égyptienne, à 45 km à l’est du Caire.

Attaques meurtrières contre les Coptes

A la tête de l’Egypte depuis 2014, un an après le renversement du pouvoir des frères musulmans, Abdel Fattah al-Sissi se présente souvent comme un défenseur des chrétiens face aux extrémistes. Mais certains analystes et activistes reprochent toujours à l’Etat de discriminer et de ne pas suffisamment protéger les Coptes.

Plus d’une centaine de personnes ont été tuées dans des attaques contre des chrétiens depuis fin 2016. La dernière en date remonte à novembre 2018 lorsque des assaillants avaient ouvert le feu sur un bus transportant des fidèles chrétiens. Sept personnes avaient été tuées et sept autres blessées. L’attentat avait été revendiqué par l’Etat islamique.