Egypte: Deux statues pharaoniques découvertes près du temple de Ramsès II

FOUILLES Des découvertes «très importantes» selon les spécialistes...

20 Minutes avec agences

— 

Des restes de statues présentées comme celles de pharaons de la XIXe dynastie (XIIIe siècle avant J.-C.) ont été découverts dans une fosse à proximité du temple de Ramsès II, dans la banlieue du Caire, a annoncé le 9 mars 2017 le ministère égyptien des Antiquités.
Des restes de statues présentées comme celles de pharaons de la XIXe dynastie (XIIIe siècle avant J.-C.) ont été découverts dans une fosse à proximité du temple de Ramsès II, dans la banlieue du Caire, a annoncé le 9 mars 2017 le ministère égyptien des Antiquités. — CHINE NOUVELLE/SIPA

La première est une statue de huit mètres de long représentant « probablement » le roi Ramsès II, la seconde comprenait notamment un buste de 80 cm du roi Seti II. Des restes de statues présentées comme celles de pharaons de la XIXe dynastie (XIIIe siècle avant J.-C.) ont été découvertes dans une fosse à proximité du temple de Ramsès II à Matareya, en banlieue du Caire (Egypte).

Cette trouvaille, annoncée ce jeudi par le ministère égyptien des Antiquités, a été effectuée par une équipe d’archéologues égyptiens et allemands dans une friche construite sur le site antique du temple solaire d’Héliopolis.

Quartz et roche calcaire

La première statue, sculptée dans du quartz, « n’est pas gravée et ne peut ainsi pas être identifiée mais le fait qu’elle se trouve à l’entrée du temple du roi Ramsès II voudrait dire qu’elle pourrait lui appartenir », explique le ministère dans un communiqué. L’autre statue était, elle, sculptée sur une roche calcaire.

Il s’agit là de découvertes de « très importantes » car « elles montrent que le site du temple solaire était gigantesque avec des structures magnifiques, des inscriptions prestigieuses, des colosses et des obélisques », selon Ayman Ashmawy, le chef de l’équipe d’archéologues égyptiens.

>> A lire aussi : Tombe de Toutankhamon: La présence d'une chambre secrète confirmée à 90%

D’après le communiqué, le site d’Héliopolis a été endommagé à l’époque gréco-romaine quand la plupart de ses obélisques et colosses ont été transportés vers Alexandrie ou l’Europe. Les restes des statues doivent désormais être déplacées pour être restaurés, indique de son côté le chef de l’équipe allemande, Dietrich Raue, tandis que les fouilles vont se poursuivre.