Crash du vol EgyptAir: Les pilotes ont bataillé avec un incendie

ENQUETE Mais l'origine du sinistre reste pour l'instant inconnue...  

P.B.

— 

Une des photos publiées par l'armée égyptienne sur sa page Facebook, montrant un gilet de sauvetage retrouvé lors des recherches pour tenter de localiser l'A320 de la compagnie Egyptair, qui s'est abîmé jeudi en Méditerranée.
Une des photos publiées par l'armée égyptienne sur sa page Facebook, montrant un gilet de sauvetage retrouvé lors des recherches pour tenter de localiser l'A320 de la compagnie Egyptair, qui s'est abîmé jeudi en Méditerranée. — Armée égyptienne

Les boîtes noires continuent de parler. Alors que le rapport officiel se fait attendre, des sources près de l'enquête ont livré des éléments à plusieurs médias anglo-saxons. Selon la BBC, lors des derniers instants du vol d'EgyptAir, les pilotes «bataillaient» avec un incendie. Les conversations dans le cockpit confirment ainsi les données de la première boîte noire, qui avaient révélé la présence de fumée à bord.

Reste une question, pour l'instant sans réponse: l'incendie a-t-il été causé par un accident ou un acte terroriste. Selon les autorités égyptiennes, l'avion s’est abîmé le 19 mai entre la Crète et la côte nord de l’Egypte après avoir soudainement disparu des écrans radar à une altitude de 37.000 pieds (11.250 mètres), sans passer d'appel de détresse.

Mardi, la commision d'enquête a déclaré qu'elle avait besoin de plus de temps pour analyser les informations avant de pouvoir tirer des «conclusions très élémentaires».

Les boîtes noires réparées en France

Les deux boîtes noires de l’Airbus A320, qui doivent aider à déterminer les causes de la catastrophe, avaient été repêchées mi-juin entre la Crète et la côte nord de l’Egypte. Le Cockpit Voice Recorder (CVR), qui concerne les conversations dans le cockpit, et le Flight Data Recorder (FDR), étaient « en morceaux ».

Leurs cartes mémoire étaient illisibles et elles avaient été expédiées par l’Egypte en France pour y être réparées.