Les nouveaux inscrits au Patrimoine mondial de l'UNESCO

Diaporama

La rédaction de 20 Minutes
— 
Michel Joly

Le comité du patrimoine mondial de l'Unesco réuni à Bonn, en Allemagne, a procédé ce week-end à plusieurs nouvelles inscriptions au patrimoine mondial de l'Humanité, dont les traditions viticoles de la Champagne et de la Bourgogne20 Minutes vous propose de découvrir les nouveaux entrants en photos...

Les climats du vignoble de Bourgogne (France)

Les climats sont des parcelles de vignes précisément délimitées sur les pentes de la côte de Nuits et de Beaune, au sud de Dijon. Elles se distinguent les unes des autres par leurs conditions naturelles spécifiques (géologie, exposition, cépage...) qui ont été façonnées par le travail humain et peu à peu identifiées par rapport au vin qu'elles produisent. Ce paysage culturel est composé de deux éléments : le premier couvre des parcelles viticoles, les unités de production associées, des villages et la ville de Beaune. Cette première composante représente la dimension commerciale du système de production. La seconde composante est le centre historique de Dijon qui matérialise l’impulsion politique donnée à la formation du système des climats. Le site est un exemple remarquable de production viti-vinicole développé depuis le haut Moyen Âge.

  • Michel Joly

    Le comité du patrimoine mondial de l'Unesco réuni à Bonn, en Allemagne, a procédé ce week-end à plusieurs nouvelles inscriptions au patrimoine mondial de l'Humanité, dont les traditions viticoles de la Champagne et de la Bourgogne20 Minutes vous propose de découvrir les nouveaux entrants en photos...

    Les climats du vignoble de Bourgogne (France)

    Les climats sont des parcelles de vignes précisément délimitées sur les pentes de la côte de Nuits et de Beaune, au sud de Dijon. Elles se distinguent les unes des autres par leurs conditions naturelles spécifiques (géologie, exposition, cépage...) qui ont été façonnées par le travail humain et peu à peu identifiées par rapport au vin qu'elles produisent. Ce paysage culturel est composé de deux éléments : le premier couvre des parcelles viticoles, les unités de production associées, des villages et la ville de Beaune. Cette première composante représente la dimension commerciale du système de production. La seconde composante est le centre historique de Dijon qui matérialise l’impulsion politique donnée à la formation du système des climats. Le site est un exemple remarquable de production viti-vinicole développé depuis le haut Moyen Âge.

  • Michel Jolyot / Association Paysages du Champagne

    Coteaux, Maisons et Caves de Champagne (France)

    Il s’agit des lieux où fut développée la méthode d’élaboration des vins effervescents, grâce à la seconde fermentation en bouteille, depuis ses débuts au XVIIe siècle jusqu'à son industrialisation précoce au XIXe siècle. Le bien se compose de trois ensembles distincts : les vignobles historiques d’Hautvilliers, Aÿ et Mareuil-sur-Aÿ, la colline Saint-Nicaise à Reims et l’avenue de Champagne et le Fort Chabrol à Epernay. Ces trois ensembles –soit le bassin d’approvisionnement que forment les coteaux historiques, les unités de production (les caves souterraines) et les espaces de commercialisation (les maisons de Champagne)- reflètent la totalité du processus de production de champagne. Le bien illustre clairement comment cette production a évolué d’une activité artisanale très spécialisée à une entreprise agro-industrielle.

  • MUHS/CARO FOTOS/SIPA

    La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus avec la Chilehaus (Allemagne)

    La Speicherstadt et le quartier Kontorhaus sont deux zones urbaines centrales de la ville portuaire allemande de Hambourg. La Speicherstadt, qui s’est développée à l’origine sur un groupe d’îles étroites de l’Elbe, entre 1885 et 1927 (partiellement reconstruite de 1949 à 1967), est l’un des plus grands complexes d’entrepôts portuaires historiques unifiés au monde (300 000 m2). Il comprend quinze très grands entrepôts et six bâtiments annexes, bâtis sur un réseau de courts canaux. Adossé à l’immeuble moderniste de la Chilehaus, le quartier Kontorhaus, contigu, est une zone de plus de 5 hectares, qui comporte six très grands complexes de bureaux construits entre les années 1920 et 1940 pour accueillir des entreprises se livrant à des activités liées au port. L’ensemble du bien illustre parfaitement les conséquences de la croissance rapide du commerce international à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

  • UNESCO

    Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle : Camino francés et chemins du nord de l’Espagne

    Ce réseau de quatre itinéraires de pèlerinage chrétien au nord de l’Espagne est une extension du bien en série «Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle», inscrit en 1993 sur la Liste du patrimoine mondial. Ce faisceau d’itinéraires de près de 1500 km se compose du Chemin côtier, du Chemin de l’intérieur du Pays basque–La Rioja, du Chemin de la Liébana et du Chemin primitif. Le site comprend un ensemble de patrimoine bâti d’importance historique créé pour répondre aux besoins des pèlerins, notamment des cathédrales, des églises, des hôpitaux, des hôtels ou encore des ponts. L’extension englobe certains des premiers chemins de pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle, nés après la découverte au IXe siècle d’un tombeau attribué à l’apôtre Jacques le Majeur.

  • JNHT

    Montagnes bleues et monts John Crow (Jamaïque)

    Le bien comprend une région montagneuse accidentée et très boisée au sud-est de la Jamaïque qui offrait un refuge aux marrons (esclaves fugitifs), d’abord les Taïnos, peuple autochtone, puis les Africains réduits en esclavage. Ils résistèrent au système colonial européen dans cette région isolée en établissant un réseau de pistes, de repaires et d’établissements qui forment la Route du patrimoine de Nanny Town. Les forêts offraient aux marrons tout ce dont ils avaient besoin pour survivre. Ils ont développé de fortes associations spirituelles avec ces montagnes exprimées aujourd’hui encore au travers d’expressions culturelles immatérielles (rites religieux, médecine traditionnelle, danses…). Le site est également un point chaud de la biodiversité des îles Caraïbes, présentant un fort taux d’endémisme pour les plantes, notamment les lichens, les mousses et certaines plantes à fleur.

  • General Directorate for Cultural Heritage and Museums

    Éphèse (Turquie)

    Située dans l’ancien estuaire du Caystre, Ephèse comprend des établissements successifs formés sur de nouveaux sites tandis que la côte se déplaçait vers l’ouest. L’implantation hellénistique et romaine a suivi ce déplacement. Les fouilles ont révélé de grands monuments de la période de l’Empire romain, comme la bibliothèque de Celsus et le grand théâtre. Il ne reste que peu de vestiges du célèbre temple d’Artémis, l’une des « sept merveilles du monde » qui attirait des pèlerins de tout le bassin méditerranéen. A partir du Ve siècle après J.-C., la Maison de la Vierge Marie, une chapelle cruciforme surmontée de coupoles située à sept km d'Ephèse, est devenue un important lieu de pèlerinage chrétien. La cité antique d’Ephèse est un exemple exceptionnel de cité portuaire avec un canal maritime et un bassin portuaire.

  • ICCHTO

    Suse (République islamique d'Iran)

    Situé dans le sud-ouest de l’Iran, dans la partie inférieure des monts Zagros, le bien comprend un ensemble archéologique s’élevant sur la rive orientale de la rivière Chaour, et le palais d’Ardeshir, sur la rive opposée du Chaour. Les monuments architecturaux révélés par les fouilles comprennent notamment des structures administratives, religieuses, résidentielles et palatiales. Suse présente plusieurs couches d’établissements urbains superposés, selon une succession continue s’étalant du Ve millénaire av. J.-C. au XIIIe siècle apr. J.-C. Le site apporte un témoignage exceptionnel sur les traditions culturelles élamite, perse et parthe, qui ont disparu en grande partie.

  • NEWSCOM/SIPA

    Sites de la révolution industrielle Meiji au Japon: sidérurgie, construction navale et extraction houillère

    Le bien est composé d’une série de onze sites se trouvant essentiellement dans le sud-ouest du Japon. Cet ensemble témoigne du développement industriel rapide qu’a connu le pays entre le milieu du XIXe et le début du XXe siècle, fondé sur la sidérurgie, la construction navale et l’extraction du charbon. Ils illustrent le processus par lequel de Japon féodal chercha à opérer un transfert de technologie depuis l’Europe et l’Amérique à partir du milieu du XIXe siècle et la manière dont cette technologie fut adaptée aux besoins et aux traditions sociales du pays. Ce processus est considéré comme le premier transfert d’industrialisation réussi de l’Occident vers une nation non occidentale.

  • Hans-Dieter Fleger

    Site du patrimoine industriel de Rjukan-Notodden (Norvège)

    Situé au sein d’un paysage spectaculaire de montagnes, de chutes d’eau et de vallées fluviales, le site comprend un ensemble de centrales hydroélectriques, de lignes électriques, d’usines, de réseaux de transport et de villes. Ce complexe fut mis en place par la société Norsk Hydro pour produire des engrais chimiques à partir de l’azote présent dans l’air. Il s’agissait de répondre à la demande croissante du monde occidental en matière de production agricole au début du XXe siècle. Les villes ouvrières de Rjukan et de Notodden présentent des logements ouvriers et des institutions sociales reliés à un réseau ferré et des services de ferrys vers les ports d’embarcation des engrais. Le site de Rjukan-Notodden, qui manifeste une association exceptionnelle d’équipements et de concepts industriels liés au paysage, offre un exemple de nouvelle industrie mondiale au début du XXe siècle.

  • Baptism Site Commission

    Site du baptême «Béthanie au-delà du Jourdain» (Al-Maghtas) (Jordanie)

    Situé sur les rives orientales du Jourdain, à neuf kilomètres au nord de la Mer morte, le site archéologique inclut deux zones archéologiques principales, Tell Al-Kharrar, également connue sous le nom de Jabal Mar Elias (la colline d’Élie), et la zone des églises Saint-Jean-Baptiste près du Jourdain. Ce lieu, au cœur d’une nature sauvage, est considéré selon la tradition chrétienne comme le site probable du baptême de Jésus de Nazareth par Jean-Baptiste. Des vestiges d’origine romaine et byzantine, tels que des églises et des chapelles, un monastère, des grottes ayant servi de refuges à des ermites et des bassins baptismaux, témoignent de la valeur religieuse du lieu. Le site est une destination de pèlerinage pour les chrétiens.

  • Municipality of Rio Negro

    Paysage culturel industriel de Fray Bentos (Uruguay)

    Construit sur une avancée de terre sur le fleuve Uruguay, à l’ouest de la ville de Fray Bentos, le complexe industriel est né du développement d’une usine de salaison de viandes fondée en 1859 dans le but de tirer partie de l’élevage de bétail qu’abritaient les immenses prairies voisines. Illustrant toute la chaîne de la viande –approvisionnement, transformation, emballage et expédition- le site comprend des bâtiments et des équipements de la Liebig Extract of Meat Company, qui exporta du concentré de viande et du corned-beef sur le marché européen à partir de 1865 et de l’Anglo Meat Packing Plant, qui exporta de la viande surgelée à partir de 1924. La combinaison du lieu, de l’ensemble industriel, des logements et des institutions sociales présents sur le site permet de comprendre tout le processus d’une production de viande d’envergure mondiale.

  • Diyarbakir Metropolitan Municipality - Press Unit

    Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel (Turquie)

    Située sur un escarpement dans le bassin du cours supérieur du Tigre, qui fait partie du « croissant fertile », la ville fortifiée de Diyarbakir et son paysage associé ont connu de nombreuses cultures au fil des siècles. Le site fut un important centre depuis les périodes hellénistique, romaine, sassanide et byzantine puis ottomane et islamique jusqu'à aujourd'hui. Le bien comprend le tell d’Amida, appelé İçkale (château intérieur) , les  remparts de Diyarbakır d’une longueur de 5 800 m – avec leurs nombreuses tours, portes, contreforts et 63 inscriptions datant de différentes périodes historiques et enfin les jardins fertiles du Hevsel - qui relient la ville au fleuve Tigre et approvisionnaient la ville en vivres et en eau.

  • National Park Service

    Missions de San Antonio (États-Unis)

    Il s’agit d’une série de cinq ensembles d’avant-postes religieux, de part et d’autre de la rivière San Antonio, dans l’Etat du Texas, ainsi que d’un ranch situé à 37 kilomètres au sud. Le bien se compose notamment de structures architecturales et archéologiques, de terres agricoles, d’habitations, d’églises, de greniers ou encore de systèmes de distribution de l’eau. Fondé par les missionnaires franciscains au XVIIIe siècle, le bien illustre les efforts déployés par la couronne espagnole pour coloniser, évangéliser et défendre la frontière nord de la Nouvelle Espagne. Les missions de San Antonio sont également un exemple de l’imbrication des cultures espagnole et coahuiltèque, illustrés entre autre par les éléments décoratifs des églises qui associent les symboles catholiques avec l’esthétique naturaliste autochtone.

  • Maymand Cultural Heritage Base

    Paysage culturel de Maymand (République islamique d'Iran)

    Maymand est une zone semi-désertique isolée au bout d’une vallée à l’extrémité sud des montagnes du centre de l’Iran. Les habitants sont des semi-nomades qui pratiquent l’agro-pastoralisme. Ils élèvent du bétail sur les pâturages des montagnes où ils ont des établissements provisoires du printemps à l’automne. Pendant les mois d’hiver, ils vivent plus bas dans la vallée, dans des maisons troglodytiques creusées dans la roche tendre de kamar (tuf), ce qui est un habitat inhabituel dans un environnement désertique. Ce paysage culturel témoigne d’un système qui semble avoir été plus répandu autrefois et qui implique le mouvement des personnes plutôt que celui des animaux.

  • Tsvika Tsuk

    Nécropole de Bet She’arim – Un haut lieu du renouveau juif (Israël)

    Cette nécropole, composée d’une série de catacombes, s’est développée à partir du IIe siècle apr. J.-C. en tant que principal lieu de sépulture juif en dehors de Jérusalem, après l’échec de la deuxième révolte juive contre la domination romaine. Situées au sud-est d’Haïfa, ces catacombes constituent un trésor d’œuvres d’art et d’inscriptions en grec, araméen et hébreu. Il s’agit d’un témoignage unique sur le judaïsme ancien sous la direction de Rabbi Juda le Patriarche, auquel est attribué le renouveau juif après l’an 135 apr. J.-C.

  • Ib Welling

    Le paysage de chasse par force de Zélande du Nord (Danemark)

    A quelque 30 kilomètres au nord-est de Copenhague, ce paysage de chasse comprend trois forêts et paysages distincts : Store Dyrehave, Gribskov et Jægersborg Hegn/Jægersborg Dyrehave. Il s’agit d’un paysage aménagé où les rois danois et leur cour se livraient à la chasse «par force», ou chasse à courre, qui atteignit son apogée entre le Moyen Age et la fin du XVIe siècle. Avec leurs chemins organisés suivant une grille orthogonale, leurs bornes de pierre numérotées, leurs clôtures et leurs pavillons de chasse, ces sites matérialisent l’application de principes d’aménagement paysager baroque à des zones forestières.

  • Desmond Foo / The Third Eye / residentevilchef.com

    Jardin botanique de Singapour (Singapour)

    Ce jardin botanique, qui se trouve au cœur de la ville de Singapour, montre l’évolution d’un jardin botanique tropical britannique à caractère colonial, en un jardin botanique moderne de premier ordre, une institution scientifique et un lieu de conservation et d’éducation. Ce paysage culturel comprend une grande variété d’éléments paysagers, de plantations et d’édifices historiques, qui témoignent des transformations du lieu depuis sa création en 1859. Depuis 1875, il est un centre important pour la science, la recherche et la conservation des végétaux en Asie du Sud-Est, notamment en ce qui concerne la culture de l’hévéa.

  • A. Duurenjargal

    Grande montagne Burkhan Khaldun et son paysage sacré environnant (Mongolie )

    Situé dans le nord-est du pays, le site se trouve dans la partie centrale de la chaîne des monts Khentii. C'est là que les grandes steppes d'Asie centrale cèdent la place aux forêts de conifères de la taïga sibérienne. Le Burkhan Khaldun est associé au culte des montagnes, des rivières et des ovoos (cairns de pierre chamaniques), dont les cérémonies ont été façonnées par la fusion de pratiques chamaniques et bouddhistes anciennes. Le Burkhan Khaldun est également associé avec le lieu de naissance et de sépulture de Gengis Khan. Le site témoigne de ses efforts pour formaliser le culte des montagnes, élément important dans l'unification des peuples mongols.

  • Baejke Historic Sites Nomination Office

    Aires historiques de Baekje (République de Corée)

    Situé dans la région montagneuse du centre-ouest de la République de Corée, ce bien en série comprend huit sites archéologiques datant de 475-660 apr. J.-C : la forteresse Gongsanseong et les tombes royales de Songsan-ri liées à la capitale Ungjin (actuelle Gongju), la forteresse Busosanseong et les bâtiments administratifs Gwanbuk-ri et les remparts de Naseong liés à la capitale Sabi (actuelle Buyeo), le palais royal de Wanggung-ri et le temple Mireuksa à Iksan, liés à la deuxième capitale Sabi. Ensemble, ils symbolisent la dernière période du royaume de Baekje –l’un des trois premiers royaumes de la péninsule coréenne (18 av. J.-C. à 660 apr. J.-C.)- au cours de laquelle existèrent des échanges technologiques, religieux (bouddhisme), culturels et artistiques considérables entre les anciens royaumes d’Asie de l’Est en Corée, en Chine et au Japon.

  • Kolding Kommune

    Christianfeld, une colonie de l’Église morave (Danemark)

    Fondée en 1773 en Jutland du Sud, cette colonie est un exemple de peuplement planifié de l’Eglise morave, une congrégation libre luthérienne basée à Herrnhut, en Saxe. Conçue comme le modèle de l’idéal urbain protestant, la ville s’est développée autour d’une église centrale et de sa place. Les maisons, de plain-pied ou à un étage, présentent des façades en briques jaunes homogènes sans ornement et des toits en tuile rouge. L’organisation démocratique de l’Eglise morave, qui fut pionnière en matière d’idées d’égalité, s’exprime dans son urbanisme humaniste. Celui-ci est illustré par son plan ouvert sur des terres agricoles et ses bâtiments importants pour le bien commun, à l’image des maisons collectives pour les veuves et les célibataires. Elle est toujours habitée par une influente communauté de l’Eglise morave.

Retourner en haut de la page