Emeutes à Baltimore

Diaporama

Charlotte Gonthier
— 
Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

La ville américaine de Baltimore dans le Maryland s'est retrouvée prise lundi dans de nouvelles émeutes contre les violences policières. Le ton est montée lors des funérailles de Freddie Gray, décédé lors de son incarcération le 19 avril. Les circonstances du décès de jeune homme de 25 ans sont encore inconnues, mais les enquêtes ont révélé qu'il aurait dû recevoir une assistance médicale après son arrestation. Six policiers sont suspendus dans cette affaire. 

Réalisation: Charlotte Gonthier

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    La ville américaine de Baltimore dans le Maryland s'est retrouvée prise lundi dans de nouvelles émeutes contre les violences policières. Le ton est montée lors des funérailles de Freddie Gray, décédé lors de son incarcération le 19 avril. Les circonstances du décès de jeune homme de 25 ans sont encore inconnues, mais les enquêtes ont révélé qu'il aurait dû recevoir une assistance médicale après son arrestation. Six policiers sont suspendus dans cette affaire. 

    Réalisation: Charlotte Gonthier

  • BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

    Les affrontements ont commencé lundi juste après la cérémonie. Des jeunes, essentiellement des lycéens qui venaient de finir les cours, ont commencé à jeter des projectiles en direction de la police.  

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    Briques, cailloux, bâtons, bouteilles,... les émeutiers ont lancé tout ce qui leur passait sous la main. Plusieurs policiers ont été blessés dans les premières heures de l'émeute, dont un grièvement.

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    Après sept jours de manifestations pacifiques, la ville ne s'attendait pas à une montée des violences. Il y a presque un an, des émeutes avaient éclaté à Ferguson après le décès de Michael Brown tué par un policier alors qu'il n'était pas armé.

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    Le ton est monté très vite.

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    Les violences ont été circonscrites dans un quartier du nord-ouest de la ville.

  • BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

    La police a déclaré sur Twitter que les manifestants «refus[ai]ent de suivre nos ordres de dispersion.»

  • BRENDAN SMIALOWSKI/AFP

    Des gaz lacrymogènes ont alors été lancés pour essayer de disperser les émeutiers.

  • Jose Luis Magana/AP/SIPA

    Quelques arrestations ont eu lieu et des blessés sont à déplorer, dont deux qui ont dû être hospitalisés.

  • Algerina Perna/AP/SIPA

    La maire de la ville, Stephanie Rawlings-Blake, a déclaré lors dune conférence de presse: «Trop de gens ont passé des générations à bâtir cette ville pour qu'on la laisse détruire par des voyous.»

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    Les relation entre la communauté afro-américaine et les forces de police sont très tendues depuis un an aux Etats-Unis. Ce nouveau décès a été un nouveau déclencheur de violence. 

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    Le militant Jesse Jackson a dénoncé, avant la cérémonie, une «épidémie de meurtres dans le pays». «Nous sommes devenus trop violents, trop pleins de haine», a-t-il dit, dénonçant la pauvreté des villes.

  • Drew Angerer/Getty Images/AFP

    Des personnes ont profité de la situation pour dévaliser un supermarché.

  • Patrick Semansky/AP/SIPA

    Un des pilleurs passe devant des véhicules de police incendiés.

  • Patrick Semansky/AP/SIPA

    Un homme fait un selfie avec son larcin.

  • Chip Somodevilla/Getty Images/AFP

    Après avoir pillé le supermarché, celui-ci a été incendié.

  • Jose Luis Magana/AP/SIPA

    Le pasteur Jamal Bryant, qui présidait quelques heures avant les obsèques du jeune Freddie Gray, a fait savoir que «ces violences ne représentent pas la famille Gray.»

  • Matt Rourke/AP/SIPA

    Le gouverneur du Maryland a déclaré l'Etat d'urgence pour permettre à la garde nationale de se déployer dans la ville.

  • Field/SIPA

    Un responsable de la police du Maryland a précisé que l'Etat avait demandé jusqu'à 5.500 hommes supplémentaires en renfort.

  • Andrew Burton/Getty Images/AFP

    Pour des raisons de sécurité, la maire de la ville a décrété un couvre-feu entre 22h et 5h du matin pour le reste de la semaine.

Retourner en haut de la page