La Belgique en alerte maximale

Diaporama

Charlotte Gonthier
— 
Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Depuis trois jours, la capitale belge est en alerte terroriste maximale. Plusieurs perquisitions se sont déroulées et seize arrestations en ont découlé. Bruxelles vit au ralenti même si tout le monde ne s'interdit pas de sortir, le climat est lourd et l'anxiété des habitants bien présente.

Photo: Le parc de l'Atomium vide le 22 novembre.

Réalisation: Charlotte Gonthier

  • Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

    Depuis trois jours, la capitale belge est en alerte terroriste maximale. Plusieurs perquisitions se sont déroulées et seize arrestations en ont découlé. Bruxelles vit au ralenti même si tout le monde ne s'interdit pas de sortir, le climat est lourd et l'anxiété des habitants bien présente.

    Photo: Le parc de l'Atomium vide le 22 novembre.

    Réalisation: Charlotte Gonthier

  • Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

    La sécurité en Belgique avait déjà été renforcée depuis les attaques terroristes du 13 novembre à Paris.

  • Virginia Mayo/AP/SIPA

    Depuis le 21 novembre, le Premier ministre belge Charles Michel et les ministres du gouvernement lors de la conférence de presse où la décision d'instaurer l'alerte terroriste maximale est donnée. L'alerte est de niveau 4 pour la capitale et 3 pour le reste du pays.

  • ISOPIX/SIPA

    Le paysage de la capitale a changé très rapidement avec un équipement militaire visible dans toute la ville. Ici, un véhicule militaire devant la Commission européenne.

  • ISOPIX/SIPA

    Tout le week-end, la ville a fonctionné au ralenti. 

  • ISOPIX/SIPA

    Des véhicules militaires sillonnent la ville depuis trois jours.

  • ISOPIX/SIPA

    L'alerte terroriste niveau 4 indique une menace imminente d'attentat. Elle permet la mise en place d'un plan vigipirate renforcé avec: mise en alerte de tous les services de secours, activation des cellules de crise (ministères, préfectures...), interdiction de stationner aux abords des établissements scolaires, renforcement des forces armées pour la surveillance, contrôles des personnes et des colis suspects renforcés.

  • XINHUA/SIPA

    Si les forces de l'ordre sont à la recherche de plusieurs suspects, elles traquent tout particulièrement Salah Abdeslam, l'un des terroristes qui a agit lors des attentats de Paris revendiqués par Daesh et qui reste introuvable.

  • ISOPIX/SIPA

    Un troisième suspect arrêté en Belgique a été inculpé vendredi pour terrorisme. Des armes ont été retrouvées à son domicile, mais pas d'explosifs.

    Photo: La gare de Bruxelles.

  • ISOPIX/SIPA

    Le métro a été mis à l'arrêt.

  • ISOPIX/SIPA

    Les rideaux sont tirés sur les entrées du métro.

  • Virginia Mayo/AP/SIPA

    La nuit, les rues de la ville étaient presque vidées de toute présence civile.

  • Virginia Mayo/AP/SIPA

    Une rue du centre de Bruxelles dans la nuit du 21 au 22 novembre.

  • Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

    Un homme est arrêté le 22 novembre par la police belge lors d'une des perquisitions.

  • Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

    Lundi matin, la ville de Bruxelles est toujours en alerte maximale. Les écoles sont fermées ainsi que le métro. Certains employeurs ont demandé à leurs employés de travailler depuis leur domicile. 

  • WILLIAM ABENHAIM/SIPA

    «On prend les mesures qui sont nécessaires, le plus possible, pour garantir la sécurité des gens mais la vie doit continuer à Bruxelles, la vie économique et la vie sociale» a plaidé ce lundi le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, soulignant sur la radio RTBF que les entreprises et le secteur public devaient fonctionner.

  • ALCALAY SARAH/SIPA

    Interrogé sur l'enquête en cours, Jan Jambon s'est félicité qu'il y ait eu «un résultat cette nuit», avec 16 interpellations au cours d'une vingtaine de perquisitions policières. «Mais c'est clair que l'action n'est pas encore terminée», notamment pour retrouver la trace de Salah Abdeslam, «une cible importante», a reconnu Jambon, qui s'est refusé à donner d'autres détails.

  • Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

    Craignant «des attaques similaires» à celle de Paris, les autorités belges ont maintenu à son maximum le niveau d'alerte terroriste dans la région de Bruxelles pour la troisième journée consécutive. Stations de métro, écoles, centres commerciaux, marchés, lieux de divertissement et équipements sportifs restent donc fermés.

Retourner en haut de la page