Syrie: Des djihadistes cachés dans des tunnels se rendent après la fin du «califat»

DAESH Après plus de six mois d’âpres combats, les FDS, soutenues par une coalition internationale conduite par les Etats-Unis, ont conquis samedi la dernière poche de Daesh à Baghouz, près de la frontière irakienne

20 Minutes avec AFP

— 

Des civils évacués près de Baghouz, le dernier bastion de Daesh jusqu'à samedi matin.
Des civils évacués près de Baghouz, le dernier bastion de Daesh jusqu'à samedi matin. — BULENT KILIC / AFP

Des djihadistes de Daesh, cachés dans des tunnels jusqu’aux dernières heures du « califat », se sont rendus ce dimanche aux forces arabo-kurdes, au lendemain de l’annonce de la chute du dernier réduit de l'organisation à Baghouz, a annoncé une milice kurde.

Parallèlement, les autorités locales kurdes ont prévenu la communauté internationale du « danger » posé par les cellules dormantes de Daesh ainsi que par les « milliers » de djihadistes étrangers et leurs familles retenus en Syrie. Dimanche, au pied de la colline surplombant ce qui fut le dernier lambeau du « califat », une équipe de l’AFP a pu voir des dizaines d’hommes avançant en file indienne sous une pluie fine pour grimper dans des camions.

« Ce sont des combattants de l’EI (groupe Etat islamique) qui sont sortis des tunnels et se sont rendus aujourd’hui » (dimanche), a indiqué à l’AFP Jiager Amed, un responsable média des Unités de protection du peuple (YPG). Cette milice kurde est l’épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui ont mené la lutte contre l’EI au sol.

« Assurer la sécurité à long terme dans la région »

Après plus de six mois d’âpres combats, les FDS, soutenues par une coalition internationale conduite par les Etats-Unis, ont conquis samedi la dernière poche de Daesh à Baghouz, près de la frontière irakienne. Cette victoire a signé l’effondrement territorial du « califat » autoproclamé en 2014 par l’organisation djihadiste la plus redoutée au monde sur de vastes territoires à cheval entre la Syrie et l’Irak. L’EI avait été défait en décembre 2017 en Irak.

Plus de 630 civils ont été tués dans les affrontements, d’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Quelque 1.600 djihadistes et 750 combattants des FDS ont également péri. Dimanche soir, un porte-parole de la coalition a indiqué sur Twitter que les FDS « continueront de s’opposer à toute présence physique ou influence de Daesh dans la zone et travailleront à éliminer les ressources dont (les djihadistes) ont besoin pour revenir ».

Il a également affirmé que les forces antidjihadistes avaient procédé à des opérations pour « identifier les terroristes restants », « éliminer les caches d’armes » de l’EI et ainsi « assurer la sécurité à long terme dans la région ».