Trafic de drogue organisé par Daesh: 24 millions de pastilles saisies en Italie

TERRORISME Les pastilles ont été produites en Inde et elles étaient destinées à la Libye. Elles ont une valeur d'environ 50 millions d'euros...

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats de Daesh, pris en photo à Raqqa à une date non déterminée
Des soldats de Daesh, pris en photo à Raqqa à une date non déterminée — Uncredited/AP/SIPA
  • Des millions de pastilles d'une drogue synthétique d'une valeur d'environ 50 millions d'euros ont été saisies en Italie.
  • Le trafic était organisé par Daesh.
  • Il permettrait de financer les activités terroristes que l'organisation planifie et réalise dans le monde entier
  •  

Des millions de pastilles d'une drogue synthétique d'une valeur d'environ 50 millions d'euros ont été saisies en Italie dans le cadre d'un trafic organisé par le groupe Etat islamique (EI), ont annoncé vendredi les autorités locales. La police financière et les douanes ont saisi «plus de 24 millions de pastilles de la "drogue du combattant"», selon un communiqué officiel. La drogue a été saisie dans le port de Gioia Tauro, en Calabre, dans le sud de l'Italie.

Chaque pastille vendue sur le marché noir à environ 2 euros

«La vente au détail de la drogue saisie aurait rapporté environ 50 millions d'euros, dans la mesure où chaque pastille est vendue sur le marché noir nord-africain et du Proche-Orient à environ 2 euros», poursuit le communiqué. «Selon les informations partagées avec des services de renseignements étrangers, le trafic de tramadol serait géré directement par l'EI afin de financer les activités terroristes que l'organisation planifie et réalise dans le monde entier», précise le communiqué. Le tramadol est un opiacé synthétique utilisé pour les médicaments antidouleurs.

>> A lire aussi: «La drogue des djihadistes est un mythe», selon un rapport de l'OFDT

«Une partie des ressources illégales provenant de la vente de cette substance serait destinée à subventionner des groupes terroristes et extrémistes opérant en Libye, en Syrie et en Irak», selon la même source. Selon le communiqué, l'utilisation du tramadol a été souvent constatée dans les combats au Moyen-Orient «au point d'être surnommé "la drogue du combattant", car c'est un stimulant qui augmente la capacité de résister à l'effort physique».

Participation de l'agence américaine de lutte contre la drogue

Les pastilles ont été produites en Inde et elles étaient destinées à la Libye, selon la même source qui précise que l'agence américaine de lutte contre la drogue, la DEA, a fourni «une précieuse collaboration».

La justice italienne trouve cependant préoccupant le fait que la drogue ait été saisie à Gioia Tauro, un port où la mafia locale, la 'Ndrangheta, doit donner son «permis» pour ce genre de trafic. «Nous savons depuis un bon moment que la 'Ndrangheta a des relations avec des organisations du Moyen Orient. Et même si le port est désormais moins "sûr" pour les clans en raison de la pression judiciaire, nous avons repéré divers clans liés à la 'Ndrangheta qui semblent impliqués dans divers trafics avec des organisations du Moyen Orient», a déclaré le procureur Gaetano Paci.

«Pour le moment ce sont des éléments d'un puzzle que nous essayons de mettre ensemble», a ajouté le magistrat, cité par La Repubblica, refusant d'en dire davantage en raison des enquêtes en cours.