VIDEO. Irak: L'armée lance l'assaut contre le dernier bastion de Daesh et avance dans le nord face aux Kurdes

LIBERATION Trois ans après leur prise éclair d’une partie de l’Irak, les djihadistes cèdent face à l’armée régulière…

20 Minutes avec AFP

— 

Un soldat irakien monte la garde dans le nord du pays le 24 octobre 2017.
Un soldat irakien monte la garde dans le nord du pays le 24 octobre 2017. — AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Le territoire occupé par Daesh en Irak s’amincit peu à peu. Les forces irakiennes ont ainsi lancé ce jeudi l’assaut contre le dernier bastion de l’organisation dans le pays. Au même moment, les Kurdes annonçaient une offensive irakienne contre leurs forces dans le nord frontalier de la Turquie.

Les djihadistes ne tiennent désormais plus en Irak que les localités d’al-Qaïm et de Rawa, ainsi que leurs environs désertiques.

>> A lire aussi : Syrie: Des milliers de civils et des djihadistes étrangers ont quitté Raqqa

En 2014, Daesh s’était emparé lors d’une percée fulgurante de près d’un tiers de l’Irak, mais depuis les troupes gouvernementales et paramilitaires les ont chassés de plus de 90 % de leur territoire.

« Les légions héroïques fondent vers le dernier repaire du terrorisme en Irak pour libérer al-Qaïm, Rawa et les villages et hameaux environnants dans l’ouest d’al-Anbar », a annoncé le Premier ministre Haider al-Abadi. « Ils reviendront tous dans le giron de la patrie grâce à la détermination et à l’endurance de nos héros combattants », a-t-il ajouté.

Le « dernier grand combat »

Il s’agit, selon la coalition internationale emmenée par les Etats-Unis, « du dernier grand combat » contre l’organisation terroriste, puisque différentes forces syriennes, appuyées par Moscou ou Washington, devraient faire la jonction avec les forces irakiennes pour étrangler le groupe Etat islamique désormais retranché dans la vallée de l’Euphrate.

>> A lire aussi : L’Irak annonce la reprise de Tal Afar, un des derniers bastions de Daesh

L’Irak s’est lancé dans cette opération alors que ses troupes sont toujours mobilisées en nombre pour reprendre le contrôle de zones que le Kurdistan irakien dispute aux autorités fédérales.