Daesh: Le groupe a perdu 60 % de son territoire et 80 % de ses revenus

TERRORISME Une étude révèle que l’organisation Etat islamique est en perte de vitesse…

20 Minutes avec agence

— 

Daesh aurait perdu 60% de son territoire en Irak et en Syrie en 3 ans.
Daesh aurait perdu 60% de son territoire en Irak et en Syrie en 3 ans. — ARIS MESSINIS / AFP

Une étude du cabinet d’analyse IHS Markit, publiée jeudi 27 juin, révèle que l’organisation  Etat islamique (EI) est en perte de vitesse.

En trois ans, elle a perdu 60 % de son territoire en Irak et en Syrie. En janvier 2015, Daesh occupait 90.000 km2. Deux ans et demi plus tard, en juin 2017, ce territoire est passé à 36.200 km2.

>> A lire aussi : Syrie: La coalition ouvre des brèches dans le mur de Raqa

L’échec de la gouvernance du califat

L’expert du Moyen-Orient à IHS Markit, Columb Strack, note que « la montée et la chute de l’EI se caractérisent par une expansion rapide suivie d’un déclin continu ». « Trois ans après sa proclamation, il est évident que le projet de gouvernance du califat a échoué », ajoute-t-il.

Il estime aussi que « le reste du califat devrait se désintégrer avant la fin de l’année et son projet sera réduit à une série de zones urbaines isolées qui devrait être reprise au cours de 2018. »

Un effondrement de 80 % des revenus

Perte territoriale donc mais également déclin financier. Daesh affiche une baisse colossale de ses revenus. De 81 millions de dollars au deuxième trimestre 2015, ils se sont effondrés à 16 millions de dollars au second semestre 2017.

>> A lire aussi : Syrie: Daesh s'est totalement retiré de la province d'Alep

La raison ? Un déclin continu des diverses sources de financement. Les revenus issus du pétrole ont chuté de 88 %, les taxes et confiscations de 79 % en deux ans.

Cela s’explique en partie par la perte de contrôle des régions peuplées comme Mossoul en Irak, et de zones pétrolières dans les provinces de Raqqa et Homs en Syrie. Une coalition internationale conduite par les États-Unis mène actuellement des frappes aériennes contre les djihadistes. Au sol, la bataille est engagée en Irak par l’armée et en Syrie principalement par les Forces démocratiques syriennes (FDS).