Attentat déjoué en Allemagne: Qui est Jaber Albakr, le réfugié syrien arrêté à Leipzig?

TERRORISME Un réfugié syrien de 22 ans, suspecté de préparer une attaque terroriste, a été arrêté dans la nuit de dimanche à ce lundi…

F.F.
— 
Jaber Abakr échappe de peu aux policiers allemand, le 8 octobre, à Chemnitz.
Jaber Abakr échappe de peu aux policiers allemand, le 8 octobre, à Chemnitz. — Hendrik Schmidt / dpa / AFP

Après quarante-huit heures de cavale, l’homme le plus recherché d’Allemagne . Dans la nuit de dimanche à ce lundi, les policiers allemands sont parvenus à mettre la main sur Jaber Abakr,  , lors d’une descente dans un appartement de  .

Les policiers sont intervenus aux alentours d’1h du matin au domicile d’un groupe de Syriens,  L’un des locataires avait lui-même alerté les forces de l’ordre après avoir compris que le jeune homme de 22 ans qu’il abritait depuis l’après-midi était le fugitif recherché par toutes les polices. D’après plusieurs médias allemands, les policiers ont trouvé le suspect, Jaber Abakr, assis sur le canapé, ligoté et sous la surveillance d’un des locataires.

Un Syrien donne l’alerte

Abakr, arrivé comme demandeur d’asile en février 2015, aurait accosté son compatriote à la gare de Leipzig dimanche après-midi. Jaber Abakr lui aurait alors demandé de l’abriter pour la nuit. Ce n’est que plus tard que lui et ses colocataires syriens auraient réalisé à qui ils avaient affaire.

Pour le moment, peu de choses ont filtré sur la personnalité de Jaber Abakr. On sait seulement que dans l’après-midi de samedi, une information des services de renseignement intérieur selon laquelle ce réfugié syrien préparait un attentat sur le sol allemand a été transmise aux policiers. Une opération d’envergure a alors été mise en place pour arrêter Jaber Abakr.

« Le contexte de l’Etat islamique »

Malgré le dispositif mis en place, l’homme échappe aux forces de l’ordre et réussit à s’enfuir. La perquisition de son appartement permet aux autorités allemandes de corroborer leurs renseignements. Plus d’un kilo de TATP ont été retrouvés sur place. Il s’agit là du même explosif que celui ayant servi aux attentats de  et  .

« L’explosif, qui devait probablement prendre la forme d’une ceinture d’explosifs dissimulée dans une veste, était presque prêt à l’emploi, voire prêt à l’emploi », a souligné un responsable de la police, Jörg Michaelis. Cet explosif, particulièrement instable n’est normalement fabriqué que très peu de temps avant de passer à l’acte. Jörg Michaelis a par ailleurs ajouté que « le mode opératoire et le comportement suspect laissent penser pour le moment qu’on se trouve dans le contexte de l’Etat islamique ».

Deux complices présumés interpellés

L’analyse des données numériques d’Abakr révélerait également la visite de sites expliquant comment réaliser des bombes. Des complices présumés de Jaber Abakr ont également été arrêtés dimanche, dont un autre réfugié syrien locataire en titre de l’appartement de Chemnitz. Cet homme de 33 ans, présenté comme Khalil A., est suspecté d’avoir commandé les produits sur Internet et avoir mis son logement à disposition. Un deuxième individu, résidant dans la même ville, a été interpellé.

D’après plusieurs médias allemands, un aéroport ou une plateforme de transports auraient été visés par le suspect.