«Emni», la branche de Daesh qui organise les attentats à travers le monde

TERRORISME La filiale créée en 2014 recruterait et formerait en ce sens des combattants afin de les envoyer à l’étranger…

20 Minutes avec agence

— 

Un drapeau du groupe Etat islamique sur le point d'être enlevé par des combattants chiites irakiens, dans le désert irakien de Samarra, le 3 mars 2016
Un drapeau du groupe Etat islamique sur le point d'être enlevé par des combattants chiites irakiens, dans le désert irakien de Samarra, le 3 mars 2016 — AHMAD AL-RUBAYE AFP

« Emni » serait une « filiale » de l’organisation de l’Etat islamique en charge de recruter des combattants et de planifier les attaques à l’étranger. Cette branche de Daesh fait l’objet d’une enquête approfondie menée par le New York Times et publiée mercredi.

Le but d’« Emni », fondée en 2014, serait en effet de mettre en place des attaques en dehors des territoires sous l’emprise de Daesh. La filiale recruterait et formerait en ce sens des combattants afin de les envoyer à l’étranger. Ces derniers seraient sélectionnés par nationalité et regroupés par langue en petites unités discrètes.

Responsable des attaques en Tunisie, Paris et Bruxelles ?

« Emni » aurait ainsi envoyé en Tunisie le terroriste responsable de la tuerie dans le musée du Bardo et le tireur de la plage de Sousse. Même chose pour les commandos qui ont frappé Paris et Bruxelles dans les attaques de  novembre 2015 et de mars dernier.

Mohammed al-Adnani, porte-parole de Daesh, en serait à la tête. Un homme de 39 ans qui se fait discret puisqu’aucun des combattants ne l’aurait jamais vu. Des « lieutenants » seraient ensuite chargés de mettre en place les attaques dans des régions du monde.

>> A lire aussi : Attentats de Paris et Bruxelles: nouvelles interpellations en Belgique

Parmi eux, Abou Souleymane, un Français d’une trentaine d’années et le Syrien Abou Ahmad, tous deux bras droits de al-Adnani, selon des sources du renseignement américain, citées par le quotidien américain.