Syrie: Après Daesh, des soldats d'Assad pillent la cité antique de Palmyre

MONUMENTS Des militaires syriens mèneraient des fouilles illégales après leur service…

20 Minutes avec AFP

— 

Photo de la cité antique de Palmyre en Syrie, publiée le 27 mars par l'agence Sana.
Photo de la cité antique de Palmyre en Syrie, publiée le 27 mars par l'agence Sana. — Uncredited/AP/SIPA

On pensait que la cité de Palmyre avait été sauvée de la barbarie des djihadistes… C’était sans compter les soldats d’Assad. Le dirigeant de la plus grande Fondation culturelle allemande, l’archéologue Hermann Parzinger a affirmé ce mercredi que des soldats du régime syrien commettaient des pillages dans la cité antique.

>> A lire aussi : Reprise de Palmyre par Bachar al-Assad, doit-on vraiment se réjouir?

« Des soldats syriens mènent des fouilles illégales après leur service », a assuré le président de la Fondation des biens culturels prussiens, une organisation mondialement connue qui regroupe d’importants musées notamment berlinois, des bibliothèques et des archives. Il s’exprimait avant une importante réunion sur la préservation du patrimoine syrien qui débute à Berlin jeudi sous l’égide de l’Unesco et du gouvernement allemand, avec la participation de plus de 170 scientifiques, archéologues, architectes et urbanistes.

Un plan d’action pour l’après-guerre

Selon lui, les soldats de Bachar al-Assad « ont pillé » le site antique de Palmyre, cité classée au patrimoine mondial de l’humanité, reconquise le 27 mars par les forces pro-régime après 20 jours d’offensive contre Daesh qui l’occupait depuis mai 2015.

>> A lire aussi : Raqqa, Mossoul, Falloujah... Daesh attaqué sur plusieurs fronts

« Cette victoire (sur l’EI à Palmyre) ne fait pas d’Assad et de ceux qui l’aident les sauveurs de l’héritage culturel » de la Syrie, a-t-il également dénoncé dans une tribune publiée mercredi dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

De son côté, la ministre déléguée chargée de la politique culturelle extérieure, Maria Böhmer, a souligné que cette réunion de Berlin, qui s’achève ce samedi, devait permettre de mettre sur pied un plan d’action pour l’après-guerre en Syrie.