Au moins 40 leaders de Daesh et Al-Qaida tués par un groupe secret américain

MOYEN-ORIENT Les forces de coalition mettent en échec Daesh dans certains lieux stratégiques à l’aide d’un escadron de la mort…

W.P.

— 

Un membre du navy SEAL américain, le 31 mars 2015.
Un membre du navy SEAL américain, le 31 mars 2015. — REX/REX/SIPA

C’est une vaste opération que mène, depuis plusieurs mois, un groupe de plus de 200 hommes armés faisant partie des forces spéciales américaines, en Syrie et en Irak. Ce redoutable escadron a pour but de suivre et d’éliminer des figures importantes de Daesh en Irak et en Syrie mais aussi des leaders d’Al-Qaida.

40 « cibles de haute valeur » éliminées par la coalition 

Ainsi, la semaine dernière, Abou Wahib, chef du groupe Etat islamique pour la province irakienne d’Al-Anbar et précédemment désigné comme l’une des cibles prioritaires du Pentagone, a été tué dans un raid mené par la coalition. Comme lui, « 40 cibles de haute valeur » ont été neutralisées depuis le début de l’année 2015, à en croire l’un des porte-paroles de la coalition.

Parmi les cibles éliminées récemment, on retrouve Omar al-Tchitchani, l’ex-commandant militaire de Daesh mais aussi le Saoudien Amr al-Absi, responsable de plusieurs enlèvements. Les forces occidentales affirment avoir également tué des djihadistes ayant participé directement ou indirectement à l’élaboration ou au financement de plusieurs attentats, dont ceux de Paris et de Bruxelles, sans pour autant donner plus de précisions.

Radars, drones, logiciels d’espionnage…

Fruits d’une collaboration entre l’armée américaine, la CIA et probablement d’autres unités d’élites, les escadrons agissant au front disposent d’un arsenal ultra-sophistiqué en dépit d’être nombreux. Radars, drones, instruments en tous genres permettant d’intercepter des conversations et de localiser des cibles… Leurs moyens sont quasiment illimités, sans oublier qu’ils peuvent également faire appel à l’aviation pour organiser des raids aériens.