Les combattants de Daesh se font porter pâles pour éviter d’aller au front

MONDE Les combattants auraient recours à de faux certificats médicaux, selon un rapport...

M.C.

— 

Photo d'archives du 16 juin 2014, montrant des manifestants brandissant le drapeau de Daesh devant le bâtiment du gouvernement de la province de Ninive, à Mossoul, en Irak.
Photo d'archives du 16 juin 2014, montrant des manifestants brandissant le drapeau de Daesh devant le bâtiment du gouvernement de la province de Ninive, à Mossoul, en Irak. — UGC/AP/SIPA

Daesh a connu des jours « meilleurs ». L’organisation djihadiste, touchée au portefeuille par la réduction de son territoire et les campagnes de la coalition contre ses sources de revenus comme le pétrole, est contrainte depuis plusieurs mois de se serrer la ceinture, ainsi que ses combattants. Les djihadistes se voient ainsi imposer baisses de salaire, hausses d’impôts et une réduction drastique de leur train de vie en général, qui aurait porté un coup au moral des troupes.

>> A lire aussi : Daesh recrute de moins en moins de combattants étrangers

« On assiste à une augmentation du nombre de désertions, à une baisse de moral. On voit qu’ils ne peuvent plus payer. On les voit essayer de quitter Daesh », assure le général américain Peter Gersten. Selon lui, le nombre de combattants étrangers affluant pour soutenir Daesh aurait d’ailleurs chuté de « 1.500 à 2.000 » chaque mois il y a un an, à « environ 200 » aujourd’hui.

Mise en garde aux médecins

Conséquence de ce coup porté au moral des djihadistes, ceux-ci auraient même recours à de faux certificats médicaux pour éviter d’aller combattre, d’après un rapport publié vendredi dernier dans la revue Sentinel du Centre de combat du terrorisme (CTC) américain, qui affirme que l’organisation djihadiste peine à trouver des « combattants valables ». Daesh aurait ainsi, dès le mois d’octobre dernier, déclaré une amnistie pour les déserteurs, dans l’espoir d’étoffer ses troupes.

>> A lire aussi : Touché au portefeuille, Daesh augmente les impôts

Le phénomène des « mots du médecin » aurait pris des proportions telles qu’il aurait fait l’objet de mises en gardes spécifiques des responsables djihadistes : « Aux frères médecins […] nous rappelons qu’une attestation médicale est l’équivalent d’un témoignage et que tout médecin qui écrira de faux documents devra rendre des comptes », peut-on lire sur une note datant d’août 2015 citée par l’auteur du rapport, le chercheur Aymenn Jawad Al-Tamimi.

Le chercheur au Middle East Forum ne pense cependant pas que ces aléas puissent provoquer l’effondrement de Daesh à court terme. « Les populations sous contrôle de l’Etat islamique sont habituées à des standards de vie très bas, encore empirés par des années de guerre civile, écrit-il. Elles vont certainement continuer à subir de nouvelles dégradations de ces conditions de vie plutôt que de se soulever et de risquer une répression brutale ».