Syrie: Omar le Tchétchène grièvement blessé mais pas tué

TERRORISME Le «ministre de la guerre» de Daesh aurait survécu au raid américain...  

Philippe Berry

— 

Une photo fournie par l'agence Al-Itisam Media montrant Omar al-Shishani, «Omar le Tchétchène» en Irak, le 29 juin 2014
Une photo fournie par l'agence Al-Itisam Media montrant Omar al-Shishani, «Omar le Tchétchène» en Irak, le 29 juin 2014 — - Al-Itisam Media

Sa mort avait été annoncée au conditionnel, mardi. Finalement, « Omar le Tchéchène », l’un des chefs militaires de Daesh a été « grièvement blessé » à la suite d’un raid sur son convoi et non pas tué, probabilité avancée par les Etats-Unis, rapporte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), mercredi.

L’Observatoire, qui dispose d’un large réseau de sources à travers la Syrie, affirme baser cette information sur des sources au sein de Daesh dans la province de Raqa, bastion du groupe ultra-radical dans le nord de la Syrie. La veille, un responsable américain sous couvert de l’anonymat a affirmé que le djihadiste « a été probablement tué avec 12 autres combattants » dans un bombardement américain le 4 mars dans le nord-est de la Syrie.

Opéré par un médecin d’origine européenne

Cependant, d’après les sources citées par l’OSDH, « le convoi de djihadiste a bien été visé par les avions de la coalition dirigée par les Etats-Unis, tuant ses gardes de corps, mais lui a été grièvement blessé. Il n’est pas mort », a affirmé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire. « Il a été transporté de la province de Hassaké (nord-est) à un hôpital de la province de Raqa où il a reçu les soins d’un médecin djihadiste d’origine européenne », a précisé Abdel Rahmane, indiquant qu’il s’agissait d’un « phlébologue ».

Recruteur des combattants étrangers

Le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a confirmé qu’une frappe avait ciblé « Omar le Tchétchène » mais s’est refusé à donner toute indication sur son sort. Connu pour son épaisse barbe rousse, le jihadiste qui se nommait en réalité Tarkhan Tayumurazovich Batirashvili était un tchétchène de Géorgie, a indiqué Cook. Ce « chef de guerre expérimenté » a occupé « plusieurs responsabilités à la tête de l’organisation militaire de Daesh, dont le ministère de la guerre », a-t-il précisé. Il est notamment responsable du recrutement de combattants étranger, comme le bourreau « Jihadi John ». L’administration américaine offrait 5 millions de dollars pour des informations fiables pouvant mener jusqu’à lui.