VIDEO. Attentats à Paris: Daesh officialise la liste des kamikazes

ISLAMISME Le groupe terroriste publie la photo de 9 des membres du commando impliqué dans les attentats du 13 novembre. Elle livre quelques informations…

R.S.

— 

Une photo des terroristes de Daesh ayant participé aux attaques du 13 novembre 2015, publiée dans la revue Daqib, le 19 janvier 2016.
Une photo des terroristes de Daesh ayant participé aux attaques du 13 novembre 2015, publiée dans la revue Daqib, le 19 janvier 2016. — Daqib

La mise en scène est digne d’une affiche de promotion de la saga Star Wars. Mais ce photomontage particulièrement malsain met en scène les portraits de 9 djihadistes en tenue militaire, auteurs des attaques terroristes du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis. Au sommet de la hiérarchie, Abdelhamid Abaaoud prend la pose fusil d'assaut en main, autour des huit autres assaillants. En second plan, une vue aérienne de Paris et le toit d’une ambulance. Le tout illustré par ce titre : « Just Terror » (Juste la terreur).

Publiée dans la revue Dabiq, le magazine en ligne de l’État islamique, cette photo permet au groupe de saluer et d’officialiser la liste des auteurs des attentats. Plusieurs enseignements peuvent être tirés comme l’explique sur Twitter le spécialiste des réseaux djihadistes, Romain Caillet.

1. Les noms de guerre dévoilés.

Sur cette photo, les huit combattants reconnaissables sont tous présentés sous leur nom de combattant. Ou plutôt leur surnom, auquel est accolé « al Blijki » pour ceux qui se présentent comme Belges et « al-Firansi » pour les Français. « Abu Omar al-Baljiki » ou Abdelhamid Abaoud est ainsi parfaitement reconnaissable. Tout comme « Abu Qital al-Firansi », connu en France sous le nom de Samy Amimour ou Bilal Hadfi dit « Dhu-l-Qarnayn al-Firansi » et Brahim Abdeslam, dit « Abu-l-Qa’qa' al-Baljiki ». En revanche Ismaël Omar Mostefaï aka « Abu Rayyan al-Firansi » est plus difficile à reconnaître. Apparu de son côté, Chakib Akrouh, le dernier kamikaze identifié qui s’est fait exploser dans l’appartement de Saint-Denis pourrait être « Abu Mujahid al-Baljiki ». Enfin Foued Mohamed Aggad semble être « Abu Fuad al-Firansi ».

 

2. Deux kamikazes présentés comme étant irakiens.

Il s’agit des deux derniers visages apparaissant sur la photo. Ces deux hommes pourraient être les kamikazes qui s’étaient fait exploser au stade de France. A l’époque, des passeports syriens enregistrés parmi les migrants ayant transité par la Grèce, avaient été retrouvés sur eux. Ils s’étaient au final avérés faux. Le nom d’Ahmad al-Muhammad figurait sur le premier. En comparant les photos, il pourrait s’agir d’« Ukasha al-Iraqi ».

3. Il manque un visage.

Sur cette photo ne figure pas Salah Abdeslam. Peut-être parce que l’homme qui faisait partie du commando n’est pas mort comme ses acolytes au mois de novembre. La nuit des attaques de Paris, son téléphone avait borné à Montrouge où sa ceinture d’explosifs avait été retrouvée dans une poubelle. Les enquêteurs savent qu’il s’est ensuite rendu à Bruxelles où il aurait tenté de prendre contact avec un avocat de Saint-Gilles, dans la banlieue sud de Bruxelles. Depuis, sa trace est perdue.

4. Une vidéo bientôt disponible ? 

Selon Romain Caillet, la présence de micros sur la photo laisse penser qu’une vidéo pourrait prochainement être diffusée. Le kamikaze « Ali al-Iraqi » en porte un en évidence sur sa veste.