Terrorisme: Que sait-on de la situation à Genève?

SUISSE Une note américaine aurait alerté les autorités suisses de la présence d'individus «suspects»...

H.S.

— 

Les dispositifs de sécurité ont été renforcés comme ici à l'aéroport de Genève en Suisse. AFP / Richard Juilliart
Les dispositifs de sécurité ont été renforcés comme ici à l'aéroport de Genève en Suisse. AFP / Richard Juilliart — AFP

« La Suisse n’est pas à l’abri ». Depuis jeudi, Pierre Maudet, conseiller d’Etat en charge de la Sécurité sillonne plateaux télé et studios radio pour justifier les mesures prises par son ministère depuis le relèvement du niveau d’alerte, de 3 sur une échelle 5, à Genève. Au lendemain de la publication d’un communiqué lapidaire, plusieurs médias suisses évoquent une « communication ratée » de la part du gouvernement.

  • Qui sont les six hommes visés par la police ?

A l’origine, ce serait une note diffusée par les services de renseignement américains qui aurait informé les autorités helvètes de la présence à Genève « de quatre individus dangereux » liés à Daesh, avance le quotidien Le MatinSi le lien avec les attentats de novembre à Paris a été fait à plusieurs reprises, une source policière parisienne aurait démenti.

La police suisse recherche donc quatre personnes liées à la mouvance jihadiste à Genève, où la sécurité a été renforcée en réponse à une « menace terroriste ». Une photo montrant ces quatre hommes, visages floutés et index tendus vers le ciel, a fuité mercredi après-midi dans la presse. « On ne connaît pas leur nom, on ne sait pas doù ils viennent, ils auraient des noms de guerre », révèle une source proche du dossier citée par Le Temps.

 

En plus de ces quatre individus, deux hommes seraient recherchés par la police affirmait jeudi La Tribune de Genève. Ils auraient été repérés par les autorités et entrés en Suisse dans la nuit de mardi à mercredi. Un des occupants de l’utilitaire serait fiché et prétendument ami de Salah Abdeslam. Signalés par les services français pour soupçons de radicalisation, ils auraient réussi à quitter la Suisse.

  • Où en est l’enquête ?

Le procureur général de la Confédération a annoncé dans un communiqué avoir ouvert mercredi une enquête pénale « sur la base d’une menace terroriste dans la région de Genève ». « Le but principal est d’empêcher un événement terroriste », a expliqué le procureur. D’après, Emmanuelle Lo Verso, chargée de la communication du Département de la sécurité, « nous sommes passés d’une menace floue à une menace précise ».

  • Qu’est ce que ça change pour les Genevois ?

Si Pierre Maudet a assuré qu’il ne comptait fermer « ni les écoles, ni les théâtres », plusieurs sites sensibles de la ville ont vu leur sécurité renforcée. C’est le cas notamment du siège des Nations Unies à Genève. La réunion sur la Syrie qui devait se poursuivre ce vendredi a finalement été déplacée dans un autre lieu tenu secret et fermé à la presse.

D’autres consignes ont été transmises par l’ambassade américaine à ses ressortissants vivant en Suisse. La police locale aurait également demandé à la communauté juive d’élever son niveau de vigilance, avançait ce vendredi la RTS. Les festivités prévues ce week-end, notamment la fête de l’Escalade, seront toutefois maintenues, ont tenté de rassurer les autorités.

Sur les réseaux sociaux, les habitants semblaient particulièrement inquiets et déploraient le manque d’informations au sujet de la menace réelle, les autorités refusant de divulguer trop de détails et afin de préserver le travail des enquêteurs.