Syrie: L'Arc de triomphe de Palmyre réduit en poussière par Daesh

TERRORISME En août, le groupe avait déjà amputé Palmyre de ses plus beaux temple…

M.C. avec AFP

— 

L'arc de triomphe de Palmyre.
L'arc de triomphe de Palmyre. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

La destruction continue à Palmyre. Un nouveau drame qui fait craindre l’anéantissement de la cité antique classée au patrimoine mondial. Daesh, coutumier des actes de destructions de monuments, a réduit en poussière le célèbre Arc de triomphe de Palmyre en Syrie.

>> A lire aussi: Fleur Pellerin veut reconstituer Palmyre en 3D

« Nous avons reçu des informations sur le terrain selon lesquelles l’Arc de triomphe a été détruit hier (dimanche). L’EI l’a piégé il y a quelques semaines », a affirmé Mamoun Abdelkarim, le chef des Antiquités en Syrie. « Nous sommes en train de vivre une catastrophe. Depuis la capture de la cité (par les jihadistes), c’est un choc après l’autre », a ajouté le responsable, joint par téléphone par l’AFP.

Daesh «détruit désormais par vengeance, même pas pour des raisons idéologiques»

En août, le groupe ultraradical avait déjà amputé Palmyre, site inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, de ses plus beaux temples, ceux de Bêl et Baalshamin, détruits à coups d’explosifs. Et en septembre, il a détruit plusieurs des célèbres tours funéraires de la cité, uniques au monde.

>> A lire aussi: Daesh a décapité l'ancien directeur du site archéologique de Palmyre

L’Arc de triomphe, vieux de 2.000 ans et situé à l’entrée de la célèbre rue à colonnades du site historique, « était une icône de Palmyre », a regretté le responsable. « C’est une destruction méthodique de la cité. Ils veulent la raser, la faire disparaître complètement. Nous risquons de la perdre en entier », a-t-il dit. « On sait que l’EI a encore piégé d’autres monuments. Nous avons désormais peur pour toute la cité antique. Il faut que la communauté internationale trouve le moyen de sauver Palmyre », ville qui recèle les plus beaux trésors de Syrie, a-t-il imploré.

Les djihadistes considèrent les statues ou fresques représentant des hommes ou des animaux comme de « l’idolâtrie » et ont déjà détruit pour cette raison plusieurs trésors archéologiques en Irak et en Syrie. En décembre 2014, l’ONU avait affirmé que près de 300 sites importants avaient été détruits, abîmés ou pillés depuis mars 2011, images satellitaires à l’appui. Mais pour le chef des Antiquités, Daesh « détruit désormais par vengeance, même pas pour des raisons idéologiques car l’Arc de triomphe n’était pas un monument religieux mais civil ».