Un drapeau du groupe Etat islamique flotte au dessus de la ville de Tall Abyad, en Syrie, le 13 juin 2015
Un drapeau du groupe Etat islamique flotte au dessus de la ville de Tall Abyad, en Syrie, le 13 juin 2015 — Bulent Kilic AFP

TERRORISME

Comment Daesh recrute ses candidats à l’attentat?

L'EI serait doté d’une organisation de sécurité intérieure, comptant 1.500 employés, et chargée de recruter des espions partout dans le monde…

Les réponses toutes fabriquées d’Ayoub El Khazzani, l’auteur de l’attaque du Thalys qui prétend aujourd’hui n’avoir aucun lien avec le terrorisme, en témoignent. Il n’est pas facile de percer à jour les méthodes d’organisation du groupe Etat islamique. Les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) exploitent néanmoins toutes les sources possibles et viennent de dénicher un témoignage très intéressant, relate Le Parisien. Celui d’un djihadiste français arrêté début juin en Turquie puis expulsé vers la France où il a été incarcéré. Son témoignage est jugé sérieux et confirme les éléments déjà recueillis ces derniers mois par les services spécialisés sur cette organisation, précise Le Parisien.

Un organe de sécurité intérieure aux 1.500 employés

L’homme, qui dit avoir approché plusieurs hauts dignitaires de l’EI au cours de son séjour d’un an et demi en Irak, a levé le voile sur les méthodes de Daesh pour faire la chasse aux espions dans ses rangs et recruter ses candidats à l’attentat. Dans ces deux domaines, le djihadiste évoque l’existence d’un organe de sécurité intérieure à EI, intitulé EMNI. Il aurait vu le jour en même temps que la proclamation de Daesh et est dirigé par un emir irakien, numéro trois ou quatre au sein de l’organisation. En tout, 1.500 hommes y travailleraient après avoir été recrutés sur une recommandation « d’une personne de confiance ».

50.000 euros pour une attaque en Europe

L’objectif de l’EMNI serait de « détecter les espions en Syrie et en Irak ». L’organe de sécurité a aussi une mission extérieure : celle « d’envoyer des gens partout dans le monde pour mener des actions violentes, tuer ou bien recruter des jeunes ou ramener des produits chimiques », raconte le djihadiste interpellé. L’EMNI proposerait ainsi 50.000 euros à ses espions pour chaque attaque en Europe. Le précieux témoin dit en savoir beaucoup plus, notamment sur les méthodes utilisées par Daesh pour recruter et envoyer des gens en Europe. Mais l’homme, qui risque une longue peine de prison, veut négocier ses informations avec la justice française.