Daesh menace d'exécuter un Croate enlevé en Egypte

MONDE L’homme qu’ils menacent de tuer travaillait pour un groupe français…

A.Ch. avec AFP

— 

Daesh a récemment publié une nouvelle vidéo montrant l’exécution d’un otage. Capture d'écran de la vidéo en ligne.
Daesh a récemment publié une nouvelle vidéo montrant l’exécution d’un otage. Capture d'écran de la vidéo en ligne. — Capture d'écran / 20 Minutes

La branche égyptienne de Daesh a menacé, dans une vidéo mise en ligne mercredi, de décapiter un Croate travaillant pour un groupe français. L’homme avait été enlevé fin juillet dans la banlieue du Caire.

Employé par un groupe de services pétroliers français

Dans la vidéo mise en ligne par les djihadistes de la «Province du Sinaï», Tomislav Salopek apparaît agenouillé aux pieds d'un homme cagoulé et tenant un couteau. Lisant une feuille de papier, il dit qu'il sera exécuté dans 48 heures par ses ravisseurs si le gouvernement égyptien ne libère pas «des femmes musulmanes» emprisonnées. La vidéo ne précise pas quand commence le compte à rebours. Les djihadistes, qui ont multiplié les attentats contre les forces de l'ordre ces derniers mois, disent agir en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans de l'ex- président islamiste Mohamed Morsi, destitué par l'armée en 2013 et remplacé par l'actuel président Abdel Fattah al-Sissi.

Dans la vidéo, l'otage explique travailler au Caire pour le groupe français de services pétroliers CGG. Il affirme avoir été enlevé le 22 juillet par les combattants de la branche égyptienne de l'EI. «Le gouvernement croate et le ministère des Affaires étrangères font de leur mieux pour résoudre aussi rapidement que possible la difficile situation dans laquelle se trouve le citoyen croate T.S», a indiqué le ministère à Zagreb dans un communiqué. Selon une source proche de l'enquête, le ressortissant croate avait été kidnappé dans la banlieue du 6-Octobre au Caire alors qu'il se rendait sur son lieu de travail. En juillet, les autorités croates avaient confirmé l'enlèvement précisant qu'un groupe armé avait «arrêté la voiture» où se trouvait la victime et forcé le conducteur à quitter le véhicule avant de prendre la fuite dans une direction inconnue.