Syrie: Palmyre, joyau antique truffé d’explosifs par les djihadistes de Daesh

Daesh Selon une ONG syrienne, les combattants de l'Etat islamique ont miné la cité antique...

20 Minutes avec AFP

— 

La cité antique de Palmyre en Syrie, dans une vidéo publiée le 26 mai 2015 par une source proche de Daesh
La cité antique de Palmyre en Syrie, dans une vidéo publiée le 26 mai 2015 par une source proche de Daesh — AP/SIPA

La cité antique de Palmyre pourrait-elle disparaître à jamais ? Selon une ONG syrienne, les djihadistes de l’organisation terroriste Etat islamique (EI) ont miné ce site inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité, dans le désert du centre de la Syrie.

Déjà tristement célèbres pour leurs destructions irrémédiables de trésors archéologiques en Irak, les djihadistes risquent d’effacer de la carte le joyau du désert syrien, et avec lui un pan de l’histoire du pays. Palmyre fut la capitale de la célèbre reine Zenobie qui affronta les légions romaines au IIIe siècle de notre ère.

>> En images : Palmyre, un joyau de l’Antiquité menacé par Daesh

 

Le site est désormais truffé de mines et d’explosifs, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), un mois jour pour jour après la conquête de Palmyre par les djihadistes, qui en ont chassé les troupes gouvernementales.

Mais il n’était pas clair dans l’immédiat si l’intention des djihadistes était de menacer de s’en prendre à la ville antique pour empêcher les forces syriennes d’avancer, ou bien de faire sauter quoiqu’il arrive le site réputé pour ses colonnades torsadées romaines, ses temples et ses tours funéraires, a précisé l’OSDH.

Lire aussi : Que se passe-t-il à Palmyre depuis qu’elle est tombée aux mains de Daesh ?

Damas ne céderait pas au chantage

Une source au sein des services de sécurité syriens a assuré que le régime ne serait pas sensible à un tel chantage. « L’armée interviendra dans toutes les régions où se trouvent les terroristes pour les en chasser, y compris à Palmyre », a affirmé cette source à l’AFP.Cette façon de miner la ville « correspond à la manière dont les terroristes agissent quand ils s’emparent d’une ville », a-t-elle rappelé.

Un colonel connu pour avoir mis fin au blocus par les rebelles de la partie d’Alep contrôlée par le régime, a reçu la mission de reprendre Palmyre selon un responsable politique à Damas. Il doit notamment sécuriser les champs gaziers voisins, indispensables au fonctionnement des centrales électriques.

L’OSDH a précisé que le régime syrien avait mené de nombreuses frappes aériennes contre les quartiers résidentiels de Palmyre ces dernières 72 heures, faisant au moins 11 morts.

Lire l’interview de l’historien Gabriel Martinez-Gros : « C’est un djihad contre le passé »

Le directeur des Antiquités syriennes confirme la menace

Le directeur des Antiquités syriennes Maamoun Abdel Karim a indiqué dimanche avoir « reçu des premières informations d’habitants qui disent que cela est exact ». « Ils (l’EI) ont truffé les temples de mines », a-t-il déclaré à l’AFP. « Je suis très pessimiste, je suis triste », a-t-il ajouté.

« J’espère que ces informations sont inexactes, mais nous sommes inquiets », a-t-il ajouté, appelant « les habitants de Palmyre, les chefs des tribus, les religieux et les hommes de culture à intervenir pour empêcher (la répétition) de ce qui s’est passé dans le nord de l’Irak ».

Lire aussi : Quels sont les sites historiques irakiens détruits par les djihadistes ?

Daesh s’en est déjà pris aux sites de Nimroud et Hatra

En avril, une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrait des djihadistes de Daesh détruire à coups de bulldozers, de pioches et d’explosifs le site archéologique irakien de Nimroud, joyau de l’empire assyrien fondée au XIIIe siècle.

Ils s’en étaient déjà pris à Hatra, une cité de la période romaine vieille de 2.000 ans, et au musée de Mossoul, dans le nord de l’Irak.

Dans les dix jours qui ont suivi la prise de Palmyre, Daesh a exécuté dans et à l’extérieur de la ville plus de 200 personnes, dont 20 abattus dans le théâtre antique.

L’EI, qui a profité du conflit déchirant la Syrie depuis mars 2011 pour s’y implanter, contrôle désormais la moitié du pays, selon l’OSDH.