Pakistan: Karachi en deuil après le massacre de chiites revendiqué par Daesh

TERRORISME Le Pakistan est un des berceaux historiques d'Al-Qaida, le rival djihadiste de Daesh...

20 Minutes avec AFP

— 

Les corps des victimes de l'attentat de Karachi sur des Ismaéliens revendiqué par Daesh ont été inhumés le 13 mai 2015.
Les corps des victimes de l'attentat de Karachi sur des Ismaéliens revendiqué par Daesh ont été inhumés le 13 mai 2015. — ASIF HASSAN / AFP

Les écoles et les commerces de la métropole pakistanaise de Karachi étaient fermés ce jeudi afin de rendre un dernier hommage aux 44 chiites massacrés la veille dans la première attaque revendiquée par le groupe Etat Islamique (EI) au Pakistan.

Des centaines de proches des victimes de cette tragédie ont marché avec les cercueils jusqu'au cimetière du quartier de Safoora Goth où les dépouilles ont été inhumées, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Le ministre en chef de la province du Sind, dont Karachi est la capitale, a lui annoncé un deuil d'une journée alors que les écoles étaient fermées et le transport en commun suspendu dans cette mégalopole de 20 millions d'habitants.

Mercredi, au moins six hommes armés avaient pris en embuscade un autobus transportant une soixantaine d'ismaéliens, un courant minoritaire de l'islam chiite.

Deuxième attaque la plus meurtrière sur des chiites

Les assaillants avaient commencé par tuer le chauffeur, puis «trois d'entre eux sont montés» dans le bus pour abattre 44 passagers, incluant 16 femmes, a précisé ce jeudi Ghulam Qadir Thebo, chef de la police de Karachi. «Les assaillants étaient munis de pistolets de 9mm et de kalachnikovs», a-t-il ajouté.

Les djihadistes de Daesh, qui a proclamé un califat à cheval sur la Syrie et l'Irak, ont revendiqué cette attaque, une première pour ce groupe dans la région Afghanistan/Pakistan, berceau historique d'Al-Qaida, son rival djihadiste.

«Les assaillants semblent venir d'ici. Ils connaissaient très bien le secteur. Mais peut-être que leurs parrains sont basés à l'extérieur du Pakistan», a ajouté Ghulam Qadir Thebo. Il s'agit de la deuxième attaque la plus meurtrière perpétrée cette année contre des chiites au Pakistan, après celle ayant fait une soixantaine de morts en janvier à Shikarpur, petite ville de la province du Sind.

Au cours des dernières années, les attaques se sont multipliées au Pakistan, qui abrite la deuxième plus importante communauté chiite du monde après l'Iran, contre des membres de cette minorité musulmane, accusée par les extrémistes sunnites de type EI d'incarner un courant «déviant» par rapport à l'orthodoxie musulmane.