«Jihadi John» était lié à l’attentat manqué de Londres en juillet 2005

TERRORISME Un membre du réseau du terroriste aurait parlé au téléphone avec l'un des poseurs de bombes le jour de l'attentat manqué...

M.C.

— 

Des journaux britanniques montrent en une la photo de
Des journaux britanniques montrent en une la photo de — DANIEL SORABJI / AFP

De nouvelles informations font surface sur le passé de «Jihadi John», le bourreau de Daesh à l’accent anglais, dont l'identité a été révélée jeudi. L’hebdomadaire britannique The Observer révèle ainsi dimanche que l’homme, qui se nomme Mohammed Emwazi, était lié à des tentatives d’attentat à Londres le 21 juillet 2005.

Ce jour-là, deux semaines après les attentats suicides qui avaient fait 52 morts et plus de 700 blessés le 7 juillet 2005 dans la capitale anglaise, quatre bombes visent de nouveau les transports de la ville. Seuls les détonateurs des bombes explosent dans trois stations de métro et un bus, et les attentats ne font pas de victime.

Camp d'entraînement

Selon l’Observer, l’un des membres du réseau de Mohammed Emwazi aurait eu le jour même une conversation téléphonique avec l’un des auteurs des attentats manqués, Hussein Osman, qui purge une peine de prison à perpétuité. D’après le journal, les services de renseignement britanniques étaient aussi au courant que des proches du même réseau, qui comptait 12 personnes, avaient participé l’année précédente à un camp d’entraînement avec les quatre poseurs de bombes, dans le nord-ouest de l'Angleterre.

Les services britanniques sont actuellement sur la sellette pour avoir laissé échapper Mohammed Emwazi, qui a quitté l’Angleterre en 2013 avec de faux papiers pour réapparaître un an plus tard en Syrie sur les macabres vidéos de Daesh.