Daesh affirme avoir décapité 21 chrétiens égyptiens en Libye

MONDE En janvier, la branche libyenne de l'EI avait affirmé avoir kidnappé 21 coptes égyptiens en Libye...

20 Minutes avec AFP

— 

Un drapeau de l'Etat islamique en Irak, entre Tikrit et Kirkouk, le 11 septembre 2014
Un drapeau de l'Etat islamique en Irak, entre Tikrit et Kirkouk, le 11 septembre 2014 — Jm Lopez AFP

Le groupe Etat islamique (EI) a diffusé dimanche une vidéo montrant la décapitation d'hommes qu'il présente comme 21 Egyptiens de confession chrétienne copte récemment kidnappés en Libye.

En réponse, le Caire a annoncé un deuil national de sept jours et le président Abdel Fattah al-Sissi a convoqué d'urgence le Conseil national de la Défense. Le chef d'Etat a averti que son pays se réservait «le droit de répliquer de la manière et au moment adéquat, pour punir ces assassins.»

Sur les images postées sur des sites internet utilisés par l'EI, des hommes portant des combinaisons oranges, semblables à celles d'autres otages exécutés récemment en Syrie par le groupe jihadistes, sont alignés sur une plage les mains menottées dans le dos, avant que leurs bourreaux ne les décapitent au couteau.

«Un message signé avec le sang»

La dernière livraison du magazine en anglais de l'EI Dabiq, qui remonte à jeudi, comporte un article sur l'enlèvement de 21 coptes égyptiens qui est illustré par des images très similaires à celles contenues dans la vidéo diffusée dimanche.

En janvier, la branche libyenne de l'EI avait affirmé avoir kidnappé 21 coptes égyptiens en Libye et Le Caire avait confirmé que 20 de ses ressortissants avaient été enlevés dans ce pays voisin lors de deux attaques distinctes. Le vidéo de dimanche est intitulée: «Un message signé avec le sang à la nation de la Croix» et un bandeau en incrustation explique qu'il s'adresse au «Peuple de la Croix fidèle à l'Eglise égyptienne ennemie».

Vives dénonciations de l'acte «barbare»

Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses institutions théologiques de l'islam sunnite, a qualifié dimanche de «barbare» cet acte, revendiqué par le groupe Etat islamique.

François Hollande a lui dénoncé «l'appel au meurtre et à la haine religieuse des terroristes», exprimant «sa préoccupation face à l'extension des opérations de Daech en Libye». Le président français «rappelle la détermination de la France et de ses alliés à lutter contre ce groupe».