Otage jordanien brûlé vif: Le Japon dénonce «un acte ignoble et impardonnable»

MONDE Le pilote Maaz al-Kassasbeh a été exécuté mardi par Daesh...

20 Minutes avec AFP

— 

Le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh a été exécuté par l'EI le 3 février 2015.
Le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh a été exécuté par l'EI le 3 février 2015. — Khalil Mazraawi AFP

Impuissant, l'Occident n'a plus que les mots pour dénoncer la barbarie de Daesh. Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a «condamné avec force» l'exécution d'un pilote jordanien brûlé vif par l'organisation Etat islamique (EI) selon une vidéo diffusée mardi.

«Je condamne avec force un acte ignoble et impardonnable», a déclaré Abe en réponse à une question en commission à la chambre basse du Parlement. Cette réaction suit celles de nombreux autres dirigeants du monde qui ont été révulsés par ce nouveau meurtre annoncé dans une vidéo attribuée à l'EI.

Le président américain Barack Obama, son homologue français François Hollande, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ont rapidement condamné ce geste, qui intervient quelques jours après la décapitation de deux Japonais par le même groupe djihadiste.

Une djihadiste irakienne doit être exécutée mercredi

Peu après l'annonce de la mort du pilote Maaz al-Kassasbeh, une source de sécurité jordanienne a indiqué qu'une djihadiste irakienne emprisonnée en Jordanie et réclamée par l'EI, Sajida Al-Rishawi, serait exécutée mercredi.

Cette Irakienne, condamnée à mort pour sa participation à des attentats meurtriers en 2005 à Amman, sera exécutée «avec l'Irakien Ziad Karbouli, un responsable d'Al-Qaïda, et des responsables d'attaques contre les intérêts jordaniens», a précisé cette source.

L'EI avait proposé d'échanger cette femme jihadiste contre le deuxième otage japonais, le journaliste Kenji Goto, mais a finalement annoncé en fin de semaine dernière l'avoir décapité, un acte qui a aussi horrifié le monde, tout comme l'exécution d'un autre Japonais, Haruna Yukawa, une semaine plus tôt.