Mossoul: Près de 2.000 manuscrits et livres détruits par Daesh dans un autodafé

IRAK Des témoins, qui auraient assisté à la mise à sac de la grande bibliothèque de la ville, ont raconté la scène...

Maud Pierron

— 

Les jihadistes de l?État islamique en Irak et au Levant ont été délogés d'Alep et perdaient du terrain à Raqa après avoir déclaré une guerre totale à leurs anciens alliés en Syrie, et au gouvernement contrôlé par les chiites en Irak.
Les jihadistes de l?État islamique en Irak et au Levant ont été délogés d'Alep et perdaient du terrain à Raqa après avoir déclaré une guerre totale à leurs anciens alliés en Syrie, et au gouvernement contrôlé par les chiites en Irak. — Medo Halab

Lorsque les combattants de Daesh ont envahi Mossoul dans le courant du mois de janvier, ils se sont notamment focalisés sur la bibliothèque centrale de la ville, selon AP, qui s'appuie sur les déclarations de témoins. Ils auraient brûlé au moins 2.000 livres d’histoire, de philosophie, de poésie ou traitant de la santé. Des cartes et des livres datant de l’Empire Ottoman ont notamment été détruits dans des feux géants. Mais les textes faisant référence à l’Islam ont été épargnés.  

«Ces livres incitent à l’infidélité et appellent à la désobéissance à Allah. Alors, ils seront brûlés», aurait déclaré un combattant de Daesh cité par un témoin qui a préféré garder l’anonymat.

Comparaisons avec les raids mongols

D’après un professeur d’histoire, les bibliothèques publiques de Mossoul et d'autres institutions ont été détruites le mois dernier.

Un des dirigeants du Comité de la sécurité et de la défense du Parlement a comparé les actes de ces combattants de Daesh aux raids des mongols, en 1258, qui ont saccagé Bagdad. «La seule différence est que les Mongols ont jeté les livres dans le fleuve Tigre, tandis que maintenant Daesh les brûle», a expliqué à AP Hakim al-Zamili. D'après lui, Daesh considère «la culture, la civilisation et la science comme de féroces ennemis».