20 Minutes : Actualités et infos en direct
MISSILESPyongyang a mené une nouvelle « simulation d’attaque nucléaire tactique »

Corée du Nord : Pyongyang a mené une nouvelle « simulation d’attaque nucléaire tactique »

MISSILESPyongyang a effectué cette opération en réponse aux exercices militaires conjoints entre la Corée du Sud et les Etats-Unis
Cette photo fournie par le gouvernement nord-coréen montre ce qu'il dit être un lancement de fausses têtes nucléaires montées sur deux missiles de croisière longue portée, le 2 septembre 2023.
Cette photo fournie par le gouvernement nord-coréen montre ce qu'il dit être un lancement de fausses têtes nucléaires montées sur deux missiles de croisière longue portée, le 2 septembre 2023. - Korean Central News Agency/Korea News Service via AP / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Les tensions ne retombent pas autour de la péninsule coréenne. La Corée du Nord a mené samedi une nouvelle « simulation d’attaque nucléaire tactique » avec de fausses têtes nucléaires montées sur deux missiles de croisière longue portée tirés dans la mer Jaune, a rapporté dimanche l’agence de presse officielle.

« Une manœuvre de tir pour une simulation d’attaque nucléaire tactique a été réalisée à l’aube le 2 septembre pour avertir les ennemis du danger de guerre nucléaire », a expliqué l’agence d’Etat KCNA. Elle a affirmé que cette opération était une réponse aux exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington. La Corée du Sud et les Etats-Unis ont tenu pendant onze jours, jusqu’au 31 août, ces manœuvres baptisées Ulchi Freedom Shield.

Une précédente simulation nucléaire jeudi

« Deux missiles de croisière stratégiques longue portée surmontés de fausses têtes nucléaires ont été lancés » dans la mer, au sud, depuis la côte ouest de la Corée du Nord, a ajouté l’agence. L’état-major interarmées sud-coréen avait annoncé samedi qu’un nombre inconnu de missiles de croisière avait été tiré vers 04 heures en direction de la mer Jaune.

Jeudi, le régime nord-coréen avait déjà assuré avoir procédé à deux tirs de missiles balistiques de courte portée dans le cadre d’une autre « simulation de frappe nucléaire tactique ».

Les exercices américano-sud-coréens suscitent systématiquement l’ire de Pyongyang, qui les perçoit comme des répétitions en vue d’une invasion de son territoire. Séoul et Washington disent que ces manœuvres sont de nature défensive et visent à renforcer la coopération entre alliés.

Mardi, le leader nord-coréen Kim Jong-un a visité un centre de commandement de la marine où il a détaillé ses plans en cas de guerre, mentionnant notamment des « frappes simultanées de grande intensité » contre des positions militaires sud-coréennes. En plus de ses essais de missiles, la Corée du Nord tente de placer en orbite un satellite espion, mais sa deuxième tentative en trois mois a échoué le 24 août.

Sujets liés