Afghanistan : Des « discussions » avec les talibans pour des évacuations « ciblées », annonce Emmanuel Macron

HUMANITAIRE La France a évacué 2.834 personnes depuis le 17 août, a également indiqué le président de la République

20 Minutes avec AFP
— 
macron
macron — Ludovic MARIN / AFP

Le président français Emmanuel Macron a annoncé ce samedi que la France avait déjà évacué 2.834 personnes d’Afghanistan et menait « des discussions » avec les talibans et le Qatar pour poursuivre l’évacuation d’Afghans menacés par le changement de régime à Kaboul le 15 août. Ces évacuations sont planifiées conjointement avec le Qatar qui, dans le cadre de ses discussions avec les talibans, a la possibilité d'« aménager des opérations de pont aérien », a précisé Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse à Bagdad, à l’issue d’un sommet régional.

Depuis le 17 août, la France a évacué d’Afghanistan 142 Français, 17 Européens et plus de 2.600 Afghans menacés, a-t-il précisé lors d’une conférence de presse à Bagdad, où il participait à une conférence régionale. Ces évacuations ont eu lieu grâce à « une quinzaine de vols » à travers les Emirats arabes unis, a expliqué le président français, au lendemain de la fin de ce pont aérien. Pour poursuivre les évacuations, des discussions ont été « entamées avec les talibans » pour « protéger et rapatrier des Afghanes et des Afghans » en situation de risque, a-t-il indiqué.

Pont aérien

La France compte sur l’aide du Qatar qui, grâce à ses bonnes relations avec les talibans, « a la possibilité d’aménager des opérations de pont aérien ou de réouverture de certaines lignes aériennes », a précisé Emmanuel Macron, qui a d’ailleurs profité du sommet de Bagdad pour un aparté avec l’émir du Qatar sur ce sujet. Cela « permettrait des opérations d’évacuation ciblées », « dans un cadre négocié avec les talibans » et sécurisé par eux, a-t-il poursuivi, ajoutant savoir « qu’il y a beaucoup d’angoisse dans de nombreuses familles ».

« Notre objectif, c’est que nous puissions dans les jours, les semaines, les mois qui viennent, par ce travail de coopération avec le Qatar et dans le cadre de discussions avec les talibans, procéder à des opérations d’évacuation ciblées pour protéger ces femmes et ces hommes que nous avons identifiés et à qui nous avons donné des titres (de séjour) provisoires ». « C’est une condition pour nous de toute forme d’engagement politique à terme, pour la France comme pour nos alliés, que les talibans respectent les droits humains », a-t-il insisté. Pour parvenir à poursuivre les évacuations, « nous jouerons toutes nos cartes », a insisté un diplomate français.