Afghanistan : Les évacuations parmi « les plus difficiles de l’histoire » se poursuivent à Kaboul

AFGHANISTAN Les évacuations de ressortissants étrangers et de nombreux Afghans continuent depuis le retour des talibans au pouvoir

20 Minutes avec AFP
— 
Un avion de lArmee de lair a transporte 200 personnes en provenance dAfghanistant
Un avion de lArmee de lair a transporte 200 personnes en provenance dAfghanistant — ETAT MAJOR DES ARMEES/SIPA

Depuis quelques jours déjà, le chaos règne en Afghanistan. En cause ? La prise du pouvoir des talibans dans le pays. La gigantesque opération d'évacuation à Kaboul, qualifiée par Joe Biden de « l'une des plus difficiles de l'histoire », mobilise depuis une semaine, dans des conditions chaotiques, des avions du monde entier pour évacuer par l'aéroport de la capitale afghane des diplomates, d'autres étrangers et des Afghans fuyant un pays tombé aux mains des talibans.

Un pilote militaire tchèque a décrit les conditions difficiles des rotations aériennes, sans véritable contrôle aérien, sans approvisionnement possible en kérosène sur place et avec des décollages périlleux.

Des milliers d'Américains évacués

Les Etats-Unis, qui prévoient d'évacuer plus de 30.000 Américains et civils afghans via leurs bases au Koweït et au Qatar, affirment avoir déjà fait sortir plus de 13.000 personnes depuis le 14 août.

Mais le président américain a affirmé qu'il ne pouvait pas garantir «l'issue finale» de cette opération d'évacuation, l'une des « plus difficiles de l'histoire » au terme d'une guerre longue de vingt ans en Afghanistan.

Accès compliqué à l'aéroport

Si des milliers de personnes ont déjà pu être évacuées, les talibans sont désormais accusés de traquer des Afghans ayant travaillé pour l'Otan pour les arrêter, et de restreindre l'accès à l'aéroport.

« Nous avons davantage d'avions (disponibles pour les évacuations) que de passagers (prêts à embarquer), car c'est un défi de plus en plus épineux de permettre à ces personnes d'arriver jusque dans l'aéroport », a souligné le chef de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg.

La Pologne sera responsable de l'opération d'évacuation de 300 citoyens afghans qui, ces dernières années, ont travaillé avec l'OTAN.

Les hélipcotères à la rescousse

L'armée américaine a déployé trois hélicoptères pour évacuer 169 Américains depuis un hôtel non loin de l'aéroport, a indiqué vendredi le Pentagone. C'est la première fois que l'armée américaine fait montre de sa capacité à quitter l'enceinte sécurisée de l'aéroport pour venir en aide à des personnes souhaitant quitter le pays. Le groupe prévoyait de se rendre à pied jusqu'à l'aéroport mais une foule en compliquait l'accès.

L'Allemagne, qui a déjà mis en sécurité 1.600 personnes, prévoit aussi de déployer deux hélicoptères pour sécuriser les évacuations, voire venir en aide à des personnes dans des « situations dangereuses » ou des endroits éloignés. Un civil allemand a été blessé par balle alors qu'il se rendait à l'aéroport mais sa vie n'est pas en danger.

Des efforts de tous les bords

Un millier d'Afghans ont été évacués vers Italie en cinq derniers jours, ou sont en voie de l'être, en attente à l'aéroport, a précisé samedi le ministre de la Défense.

Le gouvernement britannique a pour sa part indiqué avoir évacué 1.615 personnes, dont 399 Britanniques, 320 membres du personnel diplomatique et 402 Afghans.

Efforts aussi menés par la France: un quatrième avion d'exfiltrés de Kaboul s'est posé vendredi soir à Paris, avec à son bord une centaine de personnes dont 99 Afghans. La France a jusqu'à présent évacué environ 400 Afghans.

La Roumanie, elle, a mis à l'abri plus de 260 personnes quand l'Espagne a de son côté évacué 158 Afghans dont la majeure partie est arrivée vendredi soir.

L'Autriche, qui n'a pas de moyens d'évacuation propres, a réussi à faire sortir deux ressortissants, mais 85 autres Autrichiens et Afghans résidant en Autriche et cherchant à s'échapper restent bloqués.