Afghanistan : Les talibans affirment contrôler 85 % du territoire afghan dont certaines frontières

CONFLIT Les talibans n’ont jamais été aussi puissants depuis qu’ils ont été renversés par la coalition internationale dirigée par les États-Unis en 2001

20 Minutes avec AFP
— 
Des membres du mouvement taliban ont tenu une conférence de presse ce 9 juillet 2021 à Moscou.
Des membres du mouvement taliban ont tenu une conférence de presse ce 9 juillet 2021 à Moscou. — Alexander Zemlianichenko/AP/SIPA

La situation se tend en Afghanistan. Vendredi, les talibans ont affirmé qu’ils avaient pris le contrôle de 85 % du territoire du pays, dont deux importants postes-frontières avec l’Iran et le Turkménistan, dans le cadre d’une offensive qu’ils mènent contre les forces de Kaboul au moment où les Américains achèvent leur retrait.

Au cours d’une conférence de presse à Moscou, Shahabuddin Delawar, un représentant des talibans, a ajouté qu’environ 250 des 398 districts du pays étaient désormais aux mains des insurgés, mais ces affirmations n’ont pas pu être confirmées de source indépendante.

Perte de vitesse pour les forces afghanes

« Si [les talibans] contrôlent une telle proportion du territoire, alors pourquoi leurs dirigeants vivent-ils au Pakistan et ne peuvent-ils pas venir en Afghanistan ?, a réagi Fawad Aman, le porte-parole du ministère de la Défense. Pourquoi envoient-ils leurs combattants tués ou blessés au Pakistan ? » Les forces afghanes, désormais privées du crucial soutien aérien américain, ont perdu beaucoup de terrain, mais ont assuré vendredi avoir reconquis la première capitale provinciale prise cette semaine par les insurgés, Qala-i-Naw (nord-ouest).

Quelques heures avant ces annonces, le président américain Joe Biden a annoncé dans un discours que la mission militaire de Washington en Afghanistan se terminerait le 31 août, près de 20 ans après avoir commencé. M. Biden a en outre déclaré qu’il n’était pas « inévitable » que ce pays tombe aux mains des talibans, estimant que les autorités afghanes ont « la capacité » d’assurer la continuité du gouvernement.

Des postes-frontières décisifs

Les talibans tiennent désormais un arc de territoires s’étendant de la frontière iranienne, dans l’Ouest, à celle avec la Chine, dans le Nord-Est. Ils ont affirmé vendredi s’être emparés d’un poste-frontière majeur avec le Turkménistan, quelques heures après avoir annoncé la capture du plus important poste-frontière avec l’Iran, également situé dans la province afghane de Herat (ouest).

Zabihullah Mujahid, un porte-parole taliban, a déclaré que les postes-frontières d’Islam Qala (avec l’Iran) et de Torghundi (avec le Turkménistan) étaient « complètement » sous le contrôle des insurgés. Selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur Tareq Arian, les forces afghanes tentent à présent de les reprendre. Islam Qala est l’un des plus importants passages frontaliers d’Afghanistan, c’est par lui que se fait la majeure partie du commerce légal entre ce pays et l’Iran.

« Le plus tôt sera le mieux »

Les talibans « contrôlent actuellement environ les deux tiers de la frontière avec le Tadjikistan », a affirmé vendredi la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, au cours d’une conférence de presse. « Nous appelons les parties en présence dans le conflit inter-afghan à faire preuve de retenue et à empêcher une propagation des tensions hors des frontières du pays », a-t-elle ajouté, tandis qu’une délégation talibane se trouve à Moscou.

Les forces afghanes ont perdu beaucoup de terrain, en particulier dans les zones rurales, et les talibans encerclent de grandes villes comme Herat. Suhail Shaheen, un porte-parole des talibans, a cependant affirmé à l’AFP que les insurgés souhaitaient « un accord négocié », et « ne croyaient pas en un monopole sur le pouvoir ».

Les talibans se sont également réjouis de l’annonce de Joe Biden. « Le plus tôt sera le mieux pour le départ des troupes américaines et étrangères », a réagi Suhail Shaheen. Le pays traverse « l’une des étapes les plus compliquées de la transition », avait reconnu jeudi le président afghan Ashraf Ghani. « Le pays peut être contrôlé », avait-il cependant assuré, se disant confiant dans la capacité de son gouvernement à gérer la crise. Les talibans n’ont jamais été aussi puissants depuis qu’ils ont été renversés par la coalition internationale dirigée par les États-Unis fin 2001.