Afghanistan: Trois employés de Sodexo exécutés à Kaboul

TERRORISME L'entreprise de restauration collective est présente en Afghanistan depuis 2002...

20 Minutes avec AFP

— 

Un membre de la sécurité afghane, à Kaboul.
Un membre de la sécurité afghane, à Kaboul. — NOORULLAH SHIRZADA / AFP

Trois employés expatriés du géant français Sodexo ont été enlevés dans des circonstances confuses, puis exécutés, jeudi à Kaboul, dans ce qui est qualifié d' "acte terroriste" par les autorités. 

Le leader mondial des services et de la restauration collective en entreprises s'est dit "profondément attristé et choqué par cette perte tragique". "Au nom de Sodexo, je m'associe à la douleur de leurs familles, de leurs proches et de leurs collègues et leur témoigne notre soutien dans cette épreuve", a le PDG de l'entreprise, Denis Machuel, dans un communiqué.

Sodexo en Afghanistan depuis 2002

Un "dispositif d'accompagnement et de soutien psychologique" a été mis en place pour les collaborateurs sur place. Présent en Afghanistan depuis 2002 avec environ 230 employés, la multinationale Sodexo a plusieurs contrats de restauration avec "des gouvernements, des ambassades, des entreprises de construction et des sociétés privées travaillant dans la défense".

D'après ses informations, les trois hommes ont été enlevés dans l'est de la capitale afghane, à proximité de l'aéroport international. Mais une certaine confusion demeure sur les circonstances de leur enlèvement. 

"Un acte de terrorisme"

Le chauffeur qui les accompagnait jusqu'à leur interception et qui a donné l'alerte a été arrêté par la police et "fait figure de suspect", a déclaré le porte-parole de la police de Kaboul. 

Personne n'a revendiqué cette opération, mais "à ce stade nous pensons qu'il s'agit d'un acte de terrorisme", a-t-il ajouté. La région de Musahi et la route menant à la province du Logar sont réputées dangereuses avec une importante présence des talibans. Les enlèvements sont fréquents en Afghanistan, généralement crapuleux, pour toucher des rançons.

Sodexo avait déjà perdu un collaborateur dans des circonstances tragiques: Frédéric Boisseau avait été la première des douze victimes de l'attentat perpétré à Charlie Hebdo en janvier 2015. Cet agent de maintenance de 42 ans avait été abattu dans le hall du journal satirique parisien.