Afghanistan: Au moins 25 morts dans un attentat-suicide pendant un cessez-le-feu à l'occasion de la fin du ramadan

TERRORISME L'attentat, qui a fait aussi au moins 56 blessés, n'a pas été revendiqué dans l'immédiat, mais une source de sécurité afghane l'a imputé à l'organisation de l'Etat islamique...

20 Minutes avec AFP

— 

Photo prise à Kaboul (Afghanistan) le 29 août 2017, après un attentat suicide.
Photo prise à Kaboul (Afghanistan) le 29 août 2017, après un attentat suicide. — Rahmat Gul/AP/SIPA

Au moins 25 personnes ont été tuées samedi dans l’est de l’Afghanistan lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre  talibans et forces de sécurité à l’occasion de la fin du ramadan.

L’attentat, qui a fait aussi au moins 54 blessés, n’a pas été revendiqué dans l’immédiat, mais une source de sécurité afghane l’a imputé à l'organisation de l'Etat islamique.

20 morts et 25 blessés

« Un kamikaze s’est fait exploser parmi des gens, des forces de sécurité, et des civils qui célébraient le cessez-le-feu » dans le district de Rodat dans la province orientale de Nangarhar, le porte-parole du gouverneur provincial Attaullah Khogyani. Le directeur des services de santé de la province, Najibullah Kamawal, a pour sa part avancé un bilan de 25 morts et 54 blessés.

L’attaque de samedi s’est produite peu avant que le président afghan Ashraf Ghani n’annonce une prolongation du cessez-le-feu gouvernemental et ne demande aux talibans d’en faire autant. « J’annonce une prolongation du cessez-le-feu » au-delà de la date prévue, a-t-il déclaré, précisant que les détails seraient rendus publics ultérieurement et les forces de sécurité devaient rester en « position défensive ». « Je demande aussi aux talibans de prolonger leur cessez-le-feu », qui doit prendre fin dimanche.

Le président Ghani, dont les offres de paix étaient restées jusqu’à présent sans réponse, avait annoncé la semaine dernière un cessez-le-feu unilatéral de huit jours avec les talibans pour la fin du ramadan. Les talibans avaient de leur côté décrété une cessation des combats de trois jours. Ce cessez-le-feu est une première depuis qu’une coalition internationale menée par les Etats-Unis les a chassés du pouvoir en octobre 2001, après les attentats du 11 septembre. Ils ont toutefois ajouté qu’ils continueraient leurs opérations contre les « forces occupantes » étrangères dans le pays et se défendraient « avec virulence » s’ils étaient attaqués.