Afghanistan: Une vidéo de deux professeurs occidentaux enlevés par les talibans diffusée

TERRORISME Ils ont été capturés par des hommes armés portant des uniformes de policiers le 7 août 2016 alors qu’ils quittaient l’Université américaine de Kaboul pour regagner leur résidence...

20 Minutes avec AFP

— 

Des militaires américains déployés dans les rues de Kaboul près du lieu d'un attentat perpétré le 31 mai
Des militaires américains déployés dans les rues de Kaboul près du lieu d'un attentat perpétré le 31 mai — WAKIL KOHSAR / AFP

Les talibans afghans ont diffusé une deuxième vidéo dans laquelle apparaissent deux professeurs, un Américain et un Australien, que les rebelles ont enlevés il y a près d’un an à Kaboul.

L’Américain Kevin King et son confrère australien Timothy Weekes ont été capturés par des hommes armés portant des uniformes de policiers le 7 août 2016 alors qu’ils quittaient l’Université américaine de Kaboul pour regagner leur résidence.

Une tentative de libération ratée

La nouvelle vidéo dans laquelle ils apparaissent dure un peu plus de dix minutes. Elle a été diffusée mercredi sur le réseau social Telegram, mais elle est datée du 16 juin, selon SITE, un centre américain spécialisé dans la surveillance en ligne de la mouvance djihadiste. Les deux universitaires semblent plus maigres que dans une première vidéo publiée au mois de janvier.

Kevin King et Timothy Weekes sont les deux premières personnes à avoir été kidnappées parmi le personnel étranger de l’Université américaine de Kaboul, qui a ouvert ses portes en 2006. En septembre, le Pentagone avait révélé une tentative ratée de les libérer par la force dans le courant du mois d’août.

Les talibans menacent de « dures et exemplaires attaques »

Les talibans sont actuellement engagés dans leur traditionnelle « offensive de printemps », mais ils ont nié toute implication dans l’attentat du 31 mai qui a tué plus de 150 personnes dans le centre de Kaboul.

En représailles, le président afghan Ashraf Ghani pourrait prochainement ordonner l’exécution de 11 prisonniers talibans et de membres du réseau Haqqani.

Les talibans ont, eux, menacé de se livrer à de « dures et exemplaires attaques », y compris au meurtre d’otages étrangers qu’ils détiennent, si le gouvernement les exécute. Les talibans détiennent également depuis 2012 le Canadien Joshua Boyle et son épouse américaine Caitlan Coleman, ainsi que leurs deux fils nés en captivité.