Au moins 100 soldats sont morts ou blessés dans l'attaque d'une base militaire en Afghanistan

ATTENTAT

B.C. avec AFP

— 

Les forces de sécurité afghanes se rendaient sur le site d'une attaque terroriste dans la base militaire près de Mazar-è-Charif, le 21 avril 2017
Les forces de sécurité afghanes se rendaient sur le site d'une attaque terroriste dans la base militaire près de Mazar-è-Charif, le 21 avril 2017 — FARSHAD USYAN / AFP

Au moins 100 soldats ont été tués et blessés dans l’attaque de leur base par les talibans dans le nord de l’ Afghanistan, a indiqué samedi le ministère de la Défense : « Les insurgés talibans ont lancé une attaque coordonnée contre la base militaire où la majorité des soldats étaient réunis pour la prière. »

Il s’agit du premier bilan officiel de source afghane depuis la fin de l’attaque vendredi soir, perpétrée par une dizaine d’assaillants lourdement armés pendant cinq heures au moins

>> Afghanistan : Les Etats-Unis larguent «la mère de toutes les bombes» sur Daesh

De jeunes recrues parmi les victimes

Un officier à l’intérieur de la base ciblée a pour sa part rapporté samedi matin à l’AFP un bilan plus lourd encore. « Je suis à l’intérieur de la base et je pense que 150 soldats ont été tués et des dizaines blessés. Il s’agissait de jeunes recrues venues pour s’entraîner, qui arrivaient des provinces du Badakhshan et de Takhar » dans le nord-est du pays, a raconté cet officier sous couvert d’anonymat.

L’assaut perpétré par dix assaillants pendant plus de cinq heures a eu lieu aux abords de Mazar-è-Charif, la capitale du nord. Si ce bilan était confirmé, il ferait de cette attaque la plus meurtrière conduite en Afghanistan, contre des civils ou des militaires.

Un assaut pendant la prière

Le ministère de la Défense n’a donné aucun nouveau détail sur le déroulé de l’opération. Il avait précédemment indiqué que sur les dix assaillants, sept ont été tués par les forces armées, deux ont déclenché leurs charges explosives et un a été arrêté. L’assaut avait commencé vendredi en début d’après-midi, à l’heure de la prière. « C’était l’heure de la prière dans la mosquée de la base », a raconté l’officier joint dans la base. Les assaillants sont arrivés à bord de Humvees et de camions de l’armée afghane et portaient des uniformes militaires.

Selon le général américain John Nicholson qui commande l’opération de l’OTAN Resolute Support, les soldats, désarmés, ont été attaqués dans la mosquée pendant la prière et d’autres au réfectoire de la base.

Les talibans qui réclament le départ de toutes les troupes étrangères d’Afghanistan avaient rapidement revendiqué l’opération dans un communiqué vendredi, assurant avoir fait « des dizaines de morts ».