Syrie: L'UE pourrait imposer des sanctions supplémentaires contre le régime

Avec Reuters

— 

L'Union européenne (UE) pourrait imposer des sanctions supplémentaires au gouvernement syrien de Bachar al-Assad dès le mois prochain, ont annoncé ce samedi plusieurs représentants de la diplomatie européenne.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a déclaré que ses homologues de l'UE, réunis à Chypre, s'étaient mis d'accord sur la nécessité de nouvelles sanctions et ont chargé Catherine Ashton, la haute représentante de la politique extérieure de l'UE, de préparer des propositions pour la réunion du mois prochain. «Nous devons aller plus loin dans (les sanctions contre) le secteur financier et les activités commerciales», a déclaré Didier Reynders après la réunion, qui s'est tenue dans une station balnéaire de Chypre, à moins de 400 km de Damas.

Accentuation des efforts pour aider les réfugiés

Cette décision intervient alors que l'Union européenne constate que Bachar al-Assad s'accroche au pouvoir malgré une insurrection populaire qui dure depuis maintenant un an et demi, et malgré une série de sanctions européennes, dont un embargo sur les armes et le gel des actifs de 50 entreprises et de 150 particuliers. Catherine Ashton a également indiqué que l'UE allait accentuer ses efforts pour aider les réfugiés et les autres victimes du conflit syrien et soutenir le nouveau médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe, l'Algérien Lakhdar Brahimi.

Près de 20.000 personnes ont déjà trouvé la mort depuis le début du conflit en Syrie, selon les données de l'ONU. Plusieurs agences humanitaires des Nations unies ont indiqué vendredi qu'en dépit des obstacles qui se multiplient, plus de 246.000 Syriens ont quitté leur pays.