Pour l'UE, la Serbie doit améliorer durablement ses relations avec le Kosovo

avec AFP

— 

La Serbie doit améliorer "durablement" ses relations avec le Kosovo, si elle veut obtenir le lancement de ses négociations d'adhésion avec l'Union européenne, a rappelé mardi le président de l'UE Herman Van Rompuy.
La Serbie doit améliorer "durablement" ses relations avec le Kosovo, si elle veut obtenir le lancement de ses négociations d'adhésion avec l'Union européenne, a rappelé mardi le président de l'UE Herman Van Rompuy. — Georges Gobet afp.com

La Serbie doit améliorer «durablement» ses relations avec le Kosovo, si elle veut obtenir le lancement de ses négociations d'adhésion avec l'Union européenne, a rappelé mardi le président de l'UE Herman Van Rompuy.

«Une amélioration visible et durable des relations avec le Kosovo reste une condition clé pour la prochaine étape, le lancement de négociations d'adhésion à l'UE», a souligné Herman Van Rompuy à l'issue d'une rencontre à Bruxelles avec le Premier ministre serbe Ivica Dacic.

Candidat à l'UE

Depuis mars 2011, Pristina et Belgrade sont engagés dans des pourparlers sous parrainage de l'Union européenne et plusieurs accords ont été conclus, dont un permettant au Kosovo de participer à des réunions régionales, où Pristina peut parler en son nom, sans que Belgrade ne reconnaisse pour autant son indépendance.

L'indépendance du Kosovo, que Belgrade considère toujours comme sa province méridionale, a été a ce jour reconnue par quelque 90 pays, dont les Etats-Unis et la plupart des pays membres de l'UE. Mais plusieurs des accords conclus n'ont toujours pas été mis en oeuvre dans la pratique. «Tous les accords précédents doivent être mis en oeuvre, en particulier celui sur les points de passage (entre la Serbie et le Kosovo)», a estimé Herman Van Rompuy.

«En outre, une solution doit être trouvée à la situation volatile dans le nord Kosovo, une solution qui améliore la vie des gens sur place», a-t-il estimé en appelant «à la fois Belgrade et Pristina à s'engager de manière constructive dans le dialogue sous les auspices de l'UE».

L'accord trouvé en février sur la participation de représentants de Pristina dans les conférences internationales a permis à la Serbie d'obtenir le 1er mars dernier le statut de candidat à l'UE. Mais Belgrade n'a pas, à ce jour, obtenu de date pour le lancement des négociations d'adhésion.