Convention démocrate: Et maintenant, mobiliser les électeurs

ELECTION Une semaine après la convention républicaine, la convention démocrate s'ouvre ce mardi à Charlotte, en Caroline du Nord. L'occasion pour le camp Obama de séduire les indécis et les abstentionnistes, mais surtout de mobiliser les électeurs démocrates...

Bérénice Dubuc

— 

La Première Dame américaine, Michelle Obama, lors des répétitions sur la scène de la convention démocrate à Charlotte, en Caroline du Nord, le 3 septembre 2012.
La Première Dame américaine, Michelle Obama, lors des répétitions sur la scène de la convention démocrate à Charlotte, en Caroline du Nord, le 3 septembre 2012. — REUTERS/Jason Reed

La convention démocrate au cours de laquelle Barack Obama doit officiellement être désigné candidat du parti à l'élection présidentielle du 6 novembre prochain s’ouvre ce mardi à Charlotte, en Caroline du Nord. Alors que les sondages le donnent au coude à coude avec son adversaire républicain Mitt Romney, l’heure est venue pour le candidat Obama de défendre ses réformes -santé, Wall Street- et son bilan. Objectif: mobiliser les indécis et les abstentionnistes, mais surtout les électeurs démocrates, notamment les femmes, les hispaniques et les jeunes.

 >> Tous nos articles sur la convention républicaine sont par ici

Les femmes seront ainsi à l’honneur dès le premier jour de la convention. C’est en effet la Première dame Michelle Obama qui doit ouvrir le bal des intervenants ce mardi, dont font également partie Caroline Kennedy ou Eva Longoria. Avec une cote de popularité qui oscille entre 65 et 70%, soit 20 points au-dessus de celle de son mari, «Mrs O.» est un atout majeur pour le président sortant.

Une convention placée sous le signe de la technologie

Après l’épouse de Mitt Romney, Ann, qui a su conquérir la convention républicaine et aidé à humaniser son époux, Michelle Obama va devoir convaincre les électeurs de continuer à croire au «Yes we can» de 2008, malgré le bilan mitigé de son mari, et notamment les mauvais résultats en matière d’économie.

Ce mardi, un autre orateur est très attendu: le maire de San Antonio (Texas), Julian Castro, 37 ans, l’étoile montante du parti, doit prononcer le discours d'ouverture. La convention sera d’ailleurs retransmise en direct sur Internet simultanément en anglais et, pour la première fois, en espagnol, signe de l'importance de l'électorat hispanique dans l’élection de novembre.

Pour séduire les jeunes, autre électorat à mobiliser pour gagner, la convention est clairement placée sous le signe de la technologie: retransmission en direct sur Internet donc, mais aussi live-tweet des éléments importants du discours du président jeudi et organisation de 4.000 «watch parties» à travers le pays pour regarder ce même discours en petits groupes. Et l’équipe du Président a pensé à tout, puisqu’elle vient de lancer une interface facilitant l'enregistrement en ligne sur les listes électorales.

Des stars

Autre moyen de séduire la jeunesse: les stars. Après Clint Eastwood et son tabouret vide la semaine dernière pour les républicains, les démocrates ont annoncé la couleur avec la diffusion de la bande-annonce de l'événement.

>> Regardez la bande-annonce de la convention démocrate:

Barack Obama, très «Commander in chief», téléphone à un inconnu, lui demande s'il est prêt, et lui dit qu'il compte sur lui. A l’autre bout du fil, Kal Penn, acteur américain (Dr House, How I Met Your Mother, Harold et Kumar) qui a travaillé à la Maison Blanche, fait partie des co-responsables de la campagne d’Obama, et sera le maître de cérémonie du moment le plus fort de ces trois jours de show politique, jeudi soir.

Après son co-listier, Joe Biden, Barack Obama prononcera son discours d'acceptation dans un stade de 73.000 places. Avant d’affronter le 3 octobre, pour la première fois en face à face et non par médias interposés, son adversaire républicain, Mitt Romney.