Pays-Bas: La compagnie Vueling dément toute prise d'otage dans un de ses avions

MONDE L'incident est dû à une incompréhension entre le pilote et la tour de contrôle...

E.O. et C.C. avec agences

— 

La compagnie Vueling a démenti ce mercredi toute prise d'otage dans un de ses avions qui a atterri à l'aéroport d'Amsterdam-Schipol , indiquant qu'un problème de communication entre le pilote et la tour de contrôle est à l'origine de la confusion.

«L'avion s'est approché de manière inhabituelle de l'aéroport et cela a provoqué un malentendu entre le pilote et la tour de contrôle», a indiqué un porte-parole de la compagnie espagnole, qui a souligné qu' «il n'y a jamais eu le moindre danger».

Les chasseurs, une procédure d'urgence classique

Cette explication a été confirmée par la police néerlandaise. Citant la police, l'agence néerlandaise de presse ANP précise qu'il n'y a pas eu de contact radio entre l'avion, en provenance de Malaga, et la tour de contrôle, ce qui a eu pour effet de déclencher l'alerte. Le ministère néerlandais de la Défense avait ainsi envoyé deux chasseurs F-16 au devant de l'appareil en vol, alors qu'il s'approchait de l'aéroport.

 

«Le décollage d'urgence de chasseurs faisait partie d'une procédure d'urgence classique après que l'avion n'eut pas réussi à communiquer», a indiqué un responsable de l'Otan. Le Centre des opérations aériennes combinées de l'Otan (Caoc) a averti l'armée néerlandaise après avoir été alerté par les contrôleurs aériens de la perte de communication radio avec l'appareil.

«Nous avons passé environ quatre heures au sol après notre arrivée»

L'avion de ligne s'est ensuite posé sur le tarmac de l'aéroport d'Amsterdam-Schipol où il a été immédiatement encerclé par les services de sécurité tandis qu'un négociateur a été envoyé pour parler avec l'équipage, a précisé Martijn Peelen, porte-parole de la gendarmerie. «Après la discussion entre le négociateur et le pilote, nous étions certains qu'il n'y avait pas de pirates de l'air à bord de l'avion», a-t-il ajouté.

Les 180 passagers et membres d'équipage ont été confinés à bord le temps que la police procède aux vérifications. «Nous avons compris que quelque chose clochait lorsque l'avion a commencé à tourner plusieurs fois au-dessus de Rotterdam et que le pilote nous a annoncé qu'il y avait un problème à Schipol. Nous avons passé environ quatre heures au sol après notre arrivée», a indiqué une passagère prénommée Erna.