Les Maldives menacées par des troubles politiques

Reuters

— 

La sécurité a été renforcée à Malé, capitale des Maldives, à la veille de la publication d'un rapport sur une alternance à la tête de l'archipel que le chef de l'Etat sortant assimile à un coup d'Etat, a-t-on appris ce mercredi auprès des autorités.

Mohamed Nasheed affirme avoir cédé le pouvoir sous la menace d'une arme, le 7 février. Le rapport de la Commission d'enquête nationale, reconnue par les instances du Commonwealth, est donc attendu jeudi. La police, qui redoute des troubles, a commencé à fouiller les bateaux qui accostent à Malé.

«Les gens arrivent des autres îles»

Selon le représentant du parti de Nasheed au sein de la commission, le rapport ne mentionne aucun des éléments susceptibles d'étayer la thèse du coup d'Etat. «Tout le monde sait ce qui s'est passé ce jour-là. Si la Commission dit qu'il ne s'agit pas d'un coup d'Etat, ce sera un grand choc pour les Maldiviens. Personne ne le croira», a déclaré à Reuters Abdul Gafoor, porte-parole du Parti démocrate maldivien.

«Les gens arrivent des autres îles, bien que la police tente de les en empêcher et de les refouler», a-t-il ajouté.

Les forces de l'ordre ont fait savoir qu'aucun trouble ne serait toléré et ont invité les Maldiviens à ne pas se mêler aux manifestations d'ores et déjà programmées.