Monde

Grèce: Angela Merkel met ses alliés en garde contre l'escalade verbale

La chancelière allemande Angela Merkel a adressé ce dimanche une mise en garde à l'intention de ses alliés contre une escalade verbale dans leurs propos sur la situation grecque. Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision allemande ARD, elle a exhorté ses alliés à peser leurs mots avec attention, tout particulièrement s'agissant d'une sortie grecque de la zone euro.

Les partenaires d'Angela Merkel, notamment ceux qui appartiennent à l'Union chrétienne sociale bavaroise (CSU), ont critiqué la Grèce à plusieurs reprises ces dernières semaines. L'un de ses principaux dirigeants, Alexander Dobrindt a même déclaré s'attendre à ce que la République hellénique quitte le bloc monétaire avant la fin de l'année.

«Phase décisive»

Le Premier ministre grec, Antonis Samaras, s'est rendu en Allemagne et en France la semaine dernière. Il en a profité pour demander aux responsables politiques allemands de modérer leurs propos, expliquant qu'ils compliquaient le programme de privatisations qu'il tente de mettre en oeuvre et ses tentatives visant à restaurer la confiance en l'égard de la Grèce.

Angela Merkel a dit dimanche qu'elle pensait qu'Antonis Samaras fournissait de véritables efforts afin de redresser son pays tout en demandant elle aussi aux responsables allemands de peser leurs mots, expliquant que l'Europe abordait une «phase décisive» après trois ans de crise.

Elle a également apporté son soutien au président de la Bundesbank, Jens Weidmann, qui a déclaré dimanche que l'arme du rachat d'obligations par la Banque centrale européenne comportait des risques d'addictions et a redit qu'il s'y opposait.

Contrairement à lui, toutefois, elle a dit son optimisme sur le respect par la BCE de son mandat, celui de veiller à la stabilité des prix. Je pense qu'il est bon que Jens Weidmann prévienne les responsables politiques encore et encore», a-t-elle dit. «Je soutiens Jens Weidmann et je pense que c'est une bonne chose qu'il ait, en tant que président de la Bundesbank, une influence à la BCE.»