L'UE condamne les exécutions capitales en Gambie

Reuters

— 

L'Union européenne a appelé ce dimanche la Gambie à mettre fin à la série d'exécutions de condamnés à mort après la publication par Amnesty International d'un rapport révélant que neuf des 47 détenus condamnés à la peine capitale avaient été exécutés dans la nuit de jeudi.

L'Union affirme qu'elle va apporter une réponse rapide à ces exécutions sans toutefois en préciser la nature. Le président gambien, Yahya Jammeh, critiqué pour sa position à l'égard des droits de l'homme depuis sa prise de pouvoir en 1994, a annoncé lundi dans une allocution qu'il entendait procéder à l'exécution de tous les condamnés à mort d'ici la mi-septembre.

Neuf personnes exécutées

«Je condamne fermement les exécutions qui ont semble-t-il eu lieu le jeudi 23 août 2012 après l'annonce par le président Jammeh de son intention d'appliquer toutes les peines capitales d'ici la mi-septembre», a dit Catherine Ashton, Haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères.

A la lumière de ces exécutions, l'Union européenne va examiner d'urgence une réponse appropriée», a-t-elle ajoutée. Dans un communiqué vendredi, Amnesty International affirmait avoir des «informations fiables» selon lesquelles neuf personnes, dont deux ressortissants sénégalais, avaient été exécutées dans la nuit de jeudi.

La présidence gambienne avait répondu en défendant son droit d'utiliser la peine de mort et en rejetant «les rumeurs et les spéculations» mais sans démentir les informations de l'organisation humanitaire.