Canada: La victime dépecée est une Canadienne d'origine chinoise

avec AFP

— 

Le corps dépecé dont plusieurs parties ont été découvertes dans des rivières près de Toronto a été identifié comme celui d'une Canadienne d'origine chinoise de 41 ans, propriétaire d'un salon de beauté dans la première ville du Canada.
Le corps dépecé dont plusieurs parties ont été découvertes dans des rivières près de Toronto a été identifié comme celui d'une Canadienne d'origine chinoise de 41 ans, propriétaire d'un salon de beauté dans la première ville du Canada. — Rogerio Barbosa afp.com

Le corps dépecé dont plusieurs parties ont été découvertes dans des rivières près de Toronto a été identifié comme celui d'une Canadienne d'origine chinoise de 41 ans, propriétaire d'un salon de beauté dans la première ville du Canada, a annoncé ce mardi la police.

Mme Guang Hua Liu, mère célibataire de trois enfants, dont un adulte, a été vue la dernière fois le 10 août dernier, lorsque des amis l'ont déposée devant son salon, dans le quartier de Scarborough, dans l'est de Toronto. Sa disparition a été signalée à la police le lendemain, a indiqué l'inspecteur George Koekkoek lors d'un point de presse.

La police a décidé de traiter son décès comme un homicide, a-t-il ajouté. La police s'était auparavant abstenue d'ouvrir une enquête pour homicide, ne connaissant pas la cause du décès de la victime qui n'a toujours pas été établie.

Parties du corps manquantes

Le porte-parole a confirmé que tous les membres sectionnés -deux mollets, une cuisse, un bras trouvés dans un ruisseau à Toronto, ainsi qu'un pied, deux mains et une tête découverts auparavant dans la rivière Credit proche de la ville de Mississauga- appartenaient à Mme Guang Hua Liu.

La police poursuit des recherches pour tenter de trouver les parties du corps manquantes. L'origine chinoise de la victime a ajouté encore aux similitudes avec l'affaire Magnotta, du nom de l'ex-acteur porno canadien accusé d'avoir sauvagement tué et démembré le jeune étudiant chinois Lin Jun en mai à Montréal.

La police a toutefois précisé qu'il n'y avait aucun lien entre les deux crimes. Des parties du corps de l'étudiant avaient été envoyées par la poste à Ottawa et à Vancouver, alors que sa tête a été trouvée début juillet dans un parc à Montréal.