Médecins Sans Frontières a ouvert un hôpital fixe en Syrie

Reuters

— 

L'association Médecins Sans Frontières (MSF), qui a ouvert un hôpital dans le nord de la Syrie dans une zone contrôlée par les rebelles, dit être confrontée à des blessures de plus en plus graves parmi les victimes des combats.

MSF, qui refusait jusque-là de donner des détails sur ses opérations en Syrie, a annoncé ce mardi avoir envoyé en juin une équipe de médecins étrangers dans le nord du pays pour ouvrir cet hôpital qui fonctionne depuis sans discontinuer grâce à une équipe de sept personnes soutenue par 50 personnes sur place.

Des blessures plus graves

D'après MSF, la situation s'est fortement dégradée depuis le 18 juillet et l'attentat revendiqué par les rebelles contre l'appareil sécuritaire de Damas. Quatre hauts responsables syriens sont morts dans cet attentat, dont le ministre de la Défense et le beau-frère du président Bachar al Assad.

«Cette attaque a donné du courage à l'Armée syrienne libre, et on a commencé à voir des blessures plus graves, causées par des obus de gros calibre», confie l'anesthésiste Brian Moller, de retour à Paris. Plus de 18.000 personnes ont été tuées en Syrie dans les violents affrontements qui opposent depuis plus de 17 mois l'armée et les insurgés. Au moins 170.000 Syriens ont fui le pays et 2,5 millions de personnes ont besoin d'aide à l'intérieur du pays, d'après les Nations unies.

MSF envoie des médecins en Syrie depuis près d'un an, de manière clandestine et pour de courtes périodes. Face au refus du gouvernement de les laisser s'installer dans le pays, l'association a décidé de s'implanter dans une zone où les forces d'Assad ont perdu le contrôle au profit des insurgés.

En juin, MSF a ainsi transformé une maison en un hôpital de fortune qui peut accueillir jusqu'à 30 patients et dispose de 12 lits, de salles d'opération et de matériel d'échographie.