Russie: Le tribunal qui a condamné les Pussy Riot victime d'une cyberattaque

JUSTICE Le ou les hackers n'ont pas encore été identifiés...

A.L

— 

Les trois membres de Pussy Riot sont assises derrière une glasse de verre lors de leur procès, le 17 août 2012 à Moscou.
Les trois membres de Pussy Riot sont assises derrière une glasse de verre lors de leur procès, le 17 août 2012 à Moscou. — AP Photo/Sergey Ponomarev

«La pratique judiciaire - Elle ne peut pas être pire» ou encore «La bande de voleurs de Poutine pille le pays! Réveillez-vous, camarades!». Tels sont les slogans qui sont apparus ce mardi sur le site internet du tribunal qui a condamné vendredi dernier les membres du groupe Pussy Riot à deux ans de camp pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse».

«Une vidéo provocante du chanteur homosexuel bulgare Azis, des images tournant en dérision le système judiciaire russe de même qu'une nouvelle chanson du groupe Pussy Riot, intitulée ‘’Putin lights up the fires’’ [Poutine met le feu]» ont également été visibles, rapporte une journaliste de l’AFP.

La porte-parole du tribunal a confirmé que le site a bien été victime d’une cyberattaque pendant quelques heures, avant un retour à la normal à 8h30 heure française.

L’identité du ou des hackers n’est pas encore connue. Pendant la cyberattaque, le site signalait toutefois le numéro d’un blogueur, qui, contacté par l’AFP, a estimé que «la réaction des hackers est bien compréhensible».