Syrie: Les Etats-Unis n'excluent pas une intervention militaire

MONDE Barack Obama a affirmé que cela pouvait être une option en cas d’utilisation d'armes chimiques...

avec AFP

— 

Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison blanche à Washington, le 20 août 2012.
Barack Obama lors d'une conférence de presse à la Maison blanche à Washington, le 20 août 2012. — Rex Features/REX/SIPA

Les Etats-Unis ont évoqué lundi une possible intervention militaire en Syrie en cas de déplacement ou d'utilisation d'armes chimiques alors que les combats entre rebelles et forces du régime ne connaissaient aucun répit, notamment à Alep, où une journaliste japonaise a été tuée.

Une «ligne rouge»

«Jusqu'ici, je n'ai pas donné l'ordre d'intervenir militairement» en Syrie, a déclaré Barack Obama lors d'une conférence de presse. Mais «si nous commencions à voir des quantités d'armes chimiques déplacées ou utilisées, cela changerait mon calcul et mon équation», a-t-il ajouté.

«Nous surveillons la situation de très près, nous avons mis sur pied un ensemble de plans (...) et nous avons fait savoir de façon claire et nette à toutes les forces dans la région qu'il s'agissait d'une ligne rouge pour nous, et qu'il y aurait des conséquences énormes», a encore souligné Barack Obama.

«Arrêter la guerre civile»

A Paris, François Hollande a répété lundi que toute solution politique en Syrie passait par le départ de Bachar al-Assad du pouvoir. Le président français s’est entretenu avec le nouveau médiateur international Lakhdar Brahimi qui avait, lui, déclaré la veille ne pouvoir encore prendre position sur ce sujet.

«Ce qu'il faut, c'est arrêter la guerre civile et ça ne va pas être simple», avait souligné sur France 24 le successeur désigné de Kofi Annan.

«Ce qui se passe sur le terrain, ce sont des crimes terroristes qui visent le peuple syrien et qui sont perpétrés par des salafistes armés soutenus par des pays connus», a rétorqué le ministère syrien des Affaires étrangères en récusant le terme de guerre civile.