Flambée de violences dans le Caucase russe à l'occasion de la fin du ramadan

avec AFP

— 

Sept policiers ont été tués dimanche dans un attentat suicide en Ingouchie et huit personnes ont été blessées lors d'une fusillade dans une mosquée au Daguestan, des attaques témoignant d'une flambée de violences dans le Caucase russe à l'occasion de la fin du ramadan.
Sept policiers ont été tués dimanche dans un attentat suicide en Ingouchie et huit personnes ont été blessées lors d'une fusillade dans une mosquée au Daguestan, des attaques témoignant d'une flambée de violences dans le Caucase russe à l'occasion de la fin du ramadan. — Abdula Magomedov afp.com

Au moins six policiers ont été tués dimanche dans un attentat suicide en Ingouchie et huit personnes ont été blessées lors d'une fusillade dans une mosquée au Daguestan, des attaques témoignant d'une flambée de violences dans le Caucase russe à l'occasion de la fin du ramadan.

Dimanche matin, un kamikaze a perpétré un attentat suicide en Ingouchie, a indiqué le comité d'enquête dans un communiqué.

«Dans une maison où avaient lieu les funérailles d'un inspecteur de quartier (...), un kamikaze a déclenché une bombe de type indéterminé qu'il portait sur son corps. Selon des données préliminaires, l'explosion a fait sept morts dont le kamikaze, il y a aussi des blessés», a-t-il expliqué.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur ingouche cité par Ria Novosti a précisé que les victimes étaient des policiers. Ils s'étaient rendus aux funérailles d'un de leurs collègues, tué la veille au soir dans le district de Malgobek, dans le nord de la région.

Ce dernier, Ilez Koriguov, âgé de 26 ans, a été la cible de tirs et a succombé à ses nombreuses blessures à l'hôpital, selon un communiqué du comité d'enquête ingouche. Le président d'Ingouchie Iounous-Bek Evkourov a indiqué que le meurtre du policier et l'explosion au cours de ses funérailles avaient été l'oeuvre des mêmes personnes.

L'attentat à la bombe «est lié directement avec le meurtre d'Ilez Koriguov et est un acte prémédité par des gens qui savaient que tous ses collègues viendraient dire adieu à leur camarade», a-t-il déclaré, cité dans un communiqué.